• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les familles tiennent sur le site du Rana Plaza une veillée funèbre six mois après

24.10.2013

Les familles des travailleuses et travailleurs qui ont péri lors de l’effondrement de la fabrique Rana Plaza au Bangladesh ont tenu une veillée funèbre à la lueur des bougies pour marquer les six mois qui se sont écoulés depuis le jour de la tragédie.

Les familles ont été rejointes sur le site de l’ancienne fabrique par des survivantes, ainsi que par des syndicats nationaux, par IndustriALL Global Union et UNI Global Union.

Rana Plaza, un bâtiment de sept étages abritant cinq fabriques de confection, dont la structure comportait des défauts, s’est effondré le 24 avril, provoquant la mort de 1.129 personnes. Plus de 300 dépouilles ont été déjà identifiées, et des milliers de travailleuses et travailleurs souffrent encore de blessures. 

Au lendemain de ce désastre, IndustriALL et UNI ont signé un accord avec des marques internationales pour s’engager à améliorer la sécurité dans l’industrie de la confection au Bangladesh. Pour la première fois dans le monde, 103 marques ont signé l’Accord, et les nouvelles règles de sécurité s’appliquent à 1600 ateliers et fabriques de vêtements.

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré à cette occasion: “Nos allumons des bougies pour nous souvenir que plus d’un millier de vies se sont éteintes, ce même jour, il y a six mois.

“Demain, nous nous efforcerons avec une vigueur renouvelée de mettre en place le processus visant à assurer  la sécurité de millions de travailleuses et travailleurs de la confection au Bangladesh.”

Le secrétaire général de UNI Global Union, Philip Jennings, a déclaré de son côté: “Nous nous souvenons aujourd’hui de chacune des 1.129 personnes qui ont perdu la vie il y a six mois. Nous sommes unis avec les familles à cet emplacement qui symbolise tout ce qui fait défaut dans les pratiques commerciales qui font la richesse de si nombreuses marques mondiales. 

“L’Accord, qui s’applique maintenant à plus de 1600 ateliers et fabriques, assurera la sécurité à des millions de travailleuses et travailleurs. Cette nouvelle aube se lève sur ces ruines, et nous ne l’oublierons jamais.”

UNI et IndustriALL sont choqués qu’après plus de six mois, Primark soit la seule marque qui ait versé quelque chose aux victimes. Primark a travaillé avec les syndicats locaux, organisés au Conseil de IndustriALL au Bangladesh (IBC), pour établir le mécanisme de répartition du versement des indemnités à plus de 3.600 travailleuses et travailleurs et à leurs familles