• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Plateforme pétrolière en Mer du Nord. Photo d’Erik Christensen sur Wikimedia Commons

Plateforme pétrolière en Mer du Nord. Photo d’Erik Christensen sur Wikimedia Commons

Les fédérations internationales collaborent contre les pertes d’emploi en Mer du Nord

27.05.2016

Les syndicats affiliés à IndustriALL et à l’ITF se sont rencontrés à Aberdeen afin de développer une stratégie commune pour résister aux assauts menés contre les emplois de qualité par les employeurs en Mer du Nord.

Les syndicats du secteur maritime et de ceux du gaz et du pétrole affiliés aux fédérations internationales IndustriAll Global Union et Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) se sont rencontrés à Aberdeen ces 19 et 20 mai 2016 pour entreprendre le développement de stratégies industrielles et politiques visant à s’opposer à la substitution de la part des employeurs de la Mer du Nord d’emplois de qualité par de la main-d’œuvre à bon marché. Ce groupement représente les travailleurs du Danemark, de la Norvège et du Royaume-Uni.

Aussi bien au sein du secteur des services pétroliers que dans le segment des sous-traitants des activités sous-marines, il existe encore des entreprises qui ne sont pas couvertes par des conventions collectives de travail, une chose à laquelle a l’intention de s’attaquer le groupement au sein de la chaîne d’approvisionnement et des services connexes pour le gaz et le pétrole en Mer du Nord.

Dans le secteur maritime, le ’’dumping social’’ dans la région s’est étendu par le recrutement de travailleurs non-européens, qui s’est traduit par de la concurrence déloyale et des licenciements pour les travailleurs du cru.

Les entreprises de services pétroliers, sous-marins et maritime situées sur le plateau continental de la Mer du Nord sont considérées comme les cibles principales de la campagne destinée à mettre sous le feu des projecteurs le rôle joué par le secteur dans ce ’’nivellement par le bas’’ qui a vu des pertes d’emplois occupés par des ressortissants britanniques, danois et norvégiens estimées à plus de 50.000.

Le Secrétaire général d’IndustriALL, Jyrki Raina a indiqué : “Ces entreprises affichent un zèle extrême pour mettre fin aux contrats traditionnels. La concurrence dans cette région pour sabrer dans les dépenses et diminuer les conditions de travail est sévère. Le niveau des restrictions imposées a en lui-même un grave impact sur la santé et la sécurité des travailleurs. Nous attendons le résultat de l’enquête sur le décès d’un marin Philippin survenu ce mois-ci à Invergordon sur le navire Deep Energy, propriété de Technip qui en assure également la gestion ; de tels cas sont manifestement préoccupants.

Le Secrétaire général de l’ITF, Steve Cotton a déclaré : “L’organe officiel britannique chargé du pétrole et gaz Oil and Gas Authority parle de son désir de conserver les gens et les compétences dans le secteur ainsi que de conserver et redéployer la main-d’œuvre, mais nous devons voir un réel engagement sur cette voie dans les faits.”

L’assemblée a également pris note du rapport annuel de l’organisme norvégien de sécurité pétrolière Petroleum Safety Authority Norway sur la sécurité sur le plateau continental norvégien.

De prochaines réunions de ce groupe sont prévues afin de faire progresser une campagne industrielle et politique destinée à recueillir le soutien des travailleurs offshore et de groupements politiques en Europe.