• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Ihar Komlik et Gennady Fedynich sont soumis à une enquête criminelle et pourraient être confrontés à une peine pouvant aller jusqu’à sept ans de prison. Ihar Komlik reste en détention depuis son arrestation le 2 août 2017.

Ihar Komlik et Gennady Fedynich sont soumis à une enquête criminelle et pourraient être confrontés à une peine pouvant aller jusqu’à sept ans de prison. Ihar Komlik reste en détention depuis son arrestation le 2 août 2017.

Les fédérations syndicales internationales appellent à soutenir le mouvement syndical indépendant en Biélorussie

17.08.2017

IndustriALL Global Union et la Confédération syndicale internationale lancent une campagne LabourStart en soutien aux syndicats indépendants en Biélorussie.

Quinze jours se sont écoulés depuis que les autorités biélorusses ont entamé, sans qu’il y ait eu provocation, une campagne dans le pays contre les syndicats indépendants et leurs dirigeants. Deux leaders syndicaux, Gennady Fedynich et Ihar Komlik du Syndicat des travailleurs de l’industrie biélorusse de la radio et de l’électronique (REP), un affilié d’IndustriALL et également affilié de la CSI par le biais du Congrès biélorusse des syndicats démocratiques, sont soumis à une enquête criminelle et pourraient être confrontés à une peine pouvant aller jusqu’à sept ans de prison. Ihar Komlik reste en détention depuis son arrestation le 2 août.

Visitez le site LabourStart et exigez la remise en liberté d’Ihar Komlik et l’abandon de toutes les accusations non-fondées contre la direction du REP. https://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=3521

Ces deux dirigeants sont maintenant soumis à enquête pour une soi-disant évasion fiscale à grand échelle. Cependant, ces accusations à propos de taxes non versées concernent un fonds de solidarité mis à disposition du syndicat en 2011, qui ne peut être considéré comme de l’argent privé. En réalité, ces accusations sont non-fondées et visent à discréditer le syndicat en représailles aux prises de position de ses leaders au sein de la société civile ainsi que leur travail en vue de protéger les intérêts sociaux et économiques de la population active de Biélorussie.

Un des récents épisodes a été la participation active du REP aux manifestations de masse contre le décret présidentiel imposant une taxe aux chômeurs, surnommé en Biélorussie le décret “sur les parasites sociaux”. Déjà à ce moment-là, les dirigeants du REP ont subi des représailles. Fedynich a été accusé d’avoir pris part à une “Marche des Biélorusses en colère”, illégale et non-autorisée, le 17 février à Minsk, ainsi que de violations répétées de la loi “sur les événements de masse”. Les autorités lui avaient imposé une amende de US$ 640.

Dans leur lettre au Président biélorusse, IndustriALL et la CSI ont qualifié les attaques de la part des autorités biélorusses contre les leaders syndicaux et leurs organisations d’“interférence dans les affaires internes des syndicats, ce qui constitue une violation grave de la Convention n° 87 de l’OIT sur la Liberté syndicale.”

Gennady Fedynch est un leader syndical en vue, qui est président du Syndicat des travailleurs de l’industrie biélorusse de la radio et de l’électronique depuis le début des années quatre-vingt-dix. En compagnie de quelques autres syndicats de l’ancienne Union soviétique, le REP a été reconnu en 1999 par les fédérations syndicales internationales en tant qu’organisation libre et démocratique et a rejoint la Fédération internationale des organisations de travailleurs de la métallurgie, une organisation à l’origine d’IndustriALL.

Lors du Congrès fondateur d’IndustriALL Global Union en juin 2012, Gennady a été élu en tant que titulaire au Comité exécutif d’IndustriALL. Quatre ans plus tard, lors du 2e Congrès d’IndustriALL au Brésil, ses collègues de la CEI l’ont réélu en tant que membre suppléant du Comité exécutif pour représenter les syndicats de la région.

Ihar Komlik n’est pas non plus un inconnu pour le mouvement syndical. De formation ingénieur et juriste en droit du travail, il a travaillé au sein du bureau d’étude de l’usine de radio et électronique Planar entre 1994 et 2004. À cette époque, il a également été élu président de la section locale du REP. Depuis 2010, il est à la tête du syndicat REP de la ville de Minsk et occupe également les fonctions de chef comptable du REP.

IndustriALL Global Union appelle tous ses affiliés à soutenir la campagne LabourStart https://www.labourstartcampaigns.net/show_campaign.cgi?c=3521 et à exiger la remise en liberté immédiate d’Ihar Komlik ainsi que la fin des poursuites criminelles contre lui et Gennady Fedynich.

Valter Sanches, Secrétaire général d’IndustriALL, a déclaré :

“Nous appelons tous nos affiliés à nous aider à défendre le Syndicat des travailleurs de l’industrie biélorusse de la radio et de l’électronique, notre affilié de Biélorussie, et ses dirigeants Ihar Komlik et Gennady Fedynich. Ils ne sont coupables que de ne s’être pas tus face à la détérioration constante de la qualité de vie et de travail de la population active de Biélorussie. Des syndicats vraiment indépendants rendent la vie meilleure dans tout pays. Faites connaître vos exigences au régime Lukashenko dès aujourd’hui. Faisons cesser cette attaque envers les syndicats indépendants et leurs dirigeants en Biélorussie."

La Secrétaire générale de la CSI Sharan Burrow a déclaré :

“Ces mesures constituent une ingérence de l’État dans les activités des syndicats indépendants. Elles ont provoqué l’interruption des activités des secrétariats des deux syndicats et créé un climat de répression et de peur. Le Belarus doit mettre sa législation en conformité avec ses obligations internationales et pleinement mettre en œuvre les recommandations de la Commission d’enquête de l’OIT, y compris en matière d’aide extérieure, et cesser de recourir à des dispositions légales en place comme celles-ci aux fins de persécuter des dirigeants syndicaux.”