• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Les femmes d'Asie-Pacifique maintiennent leurs revendications.

Les femmes d'Asie-Pacifique maintiennent leurs revendications.

Le Comité des femmes de l'Asie-Pacifique s'est réuni à Bangkok, en Thaïlande, le 20 juin 2016.

Le Comité des femmes de l'Asie-Pacifique s'est réuni à Bangkok, en Thaïlande, le 20 juin 2016.

La campagne pour les droits de la maternité va se poursuivre dans la région.

La campagne pour les droits de la maternité va se poursuivre dans la région.

Les femmes d'Asie-Pacifique maintiennent leurs revendications. Le Comité des femmes de l'Asie-Pacifique s'est réuni à Bangkok, en Thaïlande, le 20 juin 2016. La campagne pour les droits de la maternité va se poursuivre dans la région.

Les femmes d'Asie-Pacifique réitèrent leur demande pour une représentation à 40%

27.06.2016

À sa réunion du 20 juin 2016 en Thaïlande, le Comité des femmes de l'Asie-Pacifique d’IndustriALL a rappelé haut et fort sa revendication pour une représentation à 40 pour cent. Les participantes ont adopté une résolution proposant de modifier les statuts d’IndustriALL Global Union pour y ajouter un quota de 40 pour cent de femmes dans toutes les structures du syndicat.

Toute modification des statuts devra être approuvée à la majorité des deux tiers au Congrès d’IndustriALL qui se tiendra à Rio de Janeiro en octobre.

La réunion de Bangkok, que présidait Akiko Gono (Japon), avec Wati Anwar (Indonésie) comme co-Présidente, a discuté de différentes options pour l'amendement des statuts, comme par exemple un quota obligatoire ou un objectif de 40 pour cent de représentation.

La Secrétaire générale adjointe et Directrice des affaires féminines d’IndustriALL, Monika Kemperle, a déclaré aux participantes que des stratégies concrètes et réalistes devaient être mises en place pour obtenir ces 40 pour cent de représentation. Elle a aussi recommandé que les femmes d'Asie-Pacifique s'intéressent à l'équité et à la visibilité des femmes dans les structures politiques d’IndustriALL ainsi que dans ses statuts. 

Elle a indiqué au Comité que certaines régions sont favorables à un quota obligatoire tandis que d'autres préfèrent un objectif de 40 pour cent.

Akiko Gono a répété que la région Asie-Pacifique a été la première à adopter une résolution réclamant une représentation de 40 pour cent pour les femmes à sa Conférence de 2014.

Les participantes se sont également penchées sur des rapports d'activités et sur les campagnes en cours en Asie du Sud et du Sud-est, ainsi que sur des rapports par pays d'Indonésie, du Japon et des Philippines. Ces rapports ont montré que les femmes ont besoin d'une meilleure information à propos de l'égalité hommes-femmes, des prestations sociales et de la protection des droits des femmes, comme par exemple une meilleure protection de la maternité, l'élimination de la violence au travail et la sécurité et la santé au travail. Les femmes doivent être plus nombreuses, non seulement dans le Comité, mais aussi dans les instances décisionnelles des syndicats.

Soulignant la nécessité d'une participation accrue des femmes au prochain Congrès de Rio, en octobre, Monika Kemperle et Akiko Gono ont rappelé aux membres du Comité des femmes de l'Asie-Pacifique que la participation ne se limite pas à être présentes au Congrès, mais qu'il s'agit aussi de faire la promotion des questions féminines et aussi d'une formule qui donne davantage de postes à responsabilité dans toutes les industries. Cela ne peut se faire que par une poursuite des actions de renforcement des capacités et de la confiance auprès de la base.

Pour terminer, Monika Kemperle a appelé le Comité des femmes de l'Asie-Pacifique à ne pas céder sur sa revendication d'une représentation de 40 pour cent de femmes dans les statuts d’IndustriALL.