• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Manifestation de solidarité avec l'AIST, le 19 janvier à Moscou

Manifestation de solidarité avec l'AIST, le 19 janvier à Moscou

Des membres du Congrès bélarussien des syndicats démocratiques

Des membres du Congrès bélarussien des syndicats démocratiques

Tamaz Dolaberidze, Président du Syndicat des travailleurs de la métallurgie, la mine et la chimie de Géorgie (STMMCG)

Tamaz Dolaberidze, Président du Syndicat des travailleurs de la métallurgie, la mine et la chimie de Géorgie (STMMCG)

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Chiatura, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Chiatura, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la verrerie Ksani, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la verrerie Ksani, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Tkibuli, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Tkibuli, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à l'usine de ferro-alliages Zestafoni, en Géorgie

Des travailleurs affiliés au STMMCG à l'usine de ferro-alliages Zestafoni, en Géorgie

Manifestation de solidarité avec l'AIST, le 19 janvier à Moscou Des membres du Congrès bélarussien des syndicats démocratiques Tamaz Dolaberidze, Président du Syndicat des travailleurs de la métallurgie, la mine et la chimie de Géorgie (STMMCG) Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Chiatura, en Géorgie Des travailleurs affiliés au STMMCG à la verrerie Ksani, en Géorgie Des travailleurs affiliés au STMMCG à la mine de Tkibuli, en Géorgie Des travailleurs affiliés au STMMCG à l'usine de ferro-alliages Zestafoni, en Géorgie

Les mouvements syndicaux international et russe s'opposent à la dissolution de l'AIST

30.01.2018

Les affiliés d'IndustriALL Global Union de Russie ont publié un communiqué dans lequel ils s'opposent à la dissolution de l'Association interrégionale des syndicats de travailleurs (AIST). La Confédération du travail de Russie (KTR) et la Fédération des syndicats indépendants de Russie (FNPR), deux centrales syndicales russes affiliées à IndustriALL et à la CSI, et des Syndicats mondiaux contestent avec vigueur la dissolution de l'AIST ordonnée par la justice.

Le 25 janvier, huit membres de la FNPR affiliés à IndustriALL ont publié une déclaration commune relative au récent jugement d'un tribunal de Saint-Pétersbourg ordonnant la liquidation de l'AIST, accusée d'avoir des activités politiques et de recevoir des fonds de l'étranger. L'AIST est affiliée à IndustriALL ainsi qu'à la KTR.

Dans leur communiqué, les syndicats relèvent que l'AIST n'est pas affiliée à la FNPR et que leurs structures sont en concurrence au niveau des entreprises. Malgré cela, ils déclaraient :

"Pour nous, le jugement du tribunal de Saint-Pétersbourg, ne fait pas que violer de manière flagrante les droits des travailleurs et des syndicats qui représentent leurs intérêts, il soustrait aussi la réglementation des activités syndicales en Russie au cadre juridique national et international".

"Nous appelons tous les départements de l'appareil d'État du pays à rétablir la justice, et nous comptons que la Cour suprême de la Fédération de Russie annulera le jugement du tribunal de Saint-Pétersbourg afin de préserver véritablement la liberté d'action du mouvement syndical inscrite dans la constitution de la Russie".

La lettre a été envoyée à la Douma d'État, au Procureur général, au Président de la Cour suprême et au Président russe.

De leur côté, les centrales syndicales nationales FNPR et KTR et la Confédération syndicale internationale ont publié des communiqués officiels sur leurs sites web. Elles estiment que cette décision peut constituer un précédent dangereux et affecter le mouvement syndical russe, ainsi que les droits et garanties des travailleurs. En outre, la KTR a déposé plainte contre la Fédération de Russie auprès du Comité de la liberté syndicale de l'OIT.

Des affiliés d'IndustriALL des pays de la CSI ont aussi exprimé leur soutien et leur solidarité avec l'AIST.

Tamaz Dolaberidze, le Président du Syndicat des travailleurs de la métallurgie, la mine et la chimie de Géorgie, écrit dans la lettre qu'il adresse à Alexey Etmanov, le Président de l'AIST,

"En prenant cette décision, le tribunal a prononcé la condamnation à mort de l'indépendance syndicale. Il est incontestable qu'elle sert à la désinformation de l'opinion publique".

Mychaïlo Volynets, le Président du Syndicat indépendant des mineurs d'Ukraine, a déclaré :

"Le plus inquiétant est que le tribunal de Saint-Pétersbourg a donné satisfaction au Procureur général qui réclamait la dissolution de l'AIST le 10 janvier. Il s'agit d'une violation flagrante de la liberté d'association des travailleurs que garantissent les normes internationales, et notamment la convention n° 87 de l'OIT sur la liberté syndicale.

Gennady Fedynich, le Président du Syndicat bélarussien des travailleurs de la radio et de l'électronique (REPAM), constate que :

"Notre syndicat est pratiquement dans la même situation. Les régimes autoritaires de Russie et du Bélarus veulent liquider les organisations syndicales qui protègent réellement les droits des travailleurs et ne dépendent pas des organes de l'État.

Eldat Tadjibayev, le Président du Syndicat de la mine et de la métallurgie du Kirghizistan (SMMK), a déclaré :

"Le SMMK appuie sans réserve la position de l'AIST, considérant que ce syndicat est un représentant des plus indépendants, puissants, rigoureux et influents des salariés".

À son tour, l'AIST a lancé une campagne pour la liberté syndicale et contre l'interdiction des activités syndicales. Des militants de l'AIST, des ouvriers et des employés de Saint-Pétersbourg, de Vsevolozhsk, de Moscou, Kaluga, Togliatti, Omsk et d'autres villes ont exprimé leur soutien au syndicat dans de nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

L'AIST va déposer un recours devant la Cour suprême de Russie cette semaine et elle se prépare à d'autres procès.

Le Secrétaire régional d'IndustriALL, Vadim Borisov, a commenté en ces termes :

"IndustriALL Global Union s'inquiète de la tournure que prennent les événements et exprime son soutien à toutes les actions légitimes que prendront les syndicats pour la défense de leurs droits. Nous nous félicitons de l'unité affichée par nos affiliés de la région sur la question de la liberté d'association et des droits syndicaux."