• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les survivantes du Rana Plaza encouragées par l’Accord au Bangladesh

21.10.2013

Un groupe de personnes qui ont survécu à l’effondrement de la fabrique du Rana Plaza au Bangladesh déclare avoir été encouragé en apprenant la signature de l’Accord sur les mesures de sécurité qui ont trait aux incendies et aux bâtiments, la décision historique visant à améliorer la sécurité dans les ateliers et fabriques du secteur de la confection dans le pays, tout en demandant aux marques internationales d’augmenter le niveau de l’indemnisation.

En se rendant sur le lieu de la tragédie qui a coûté la vie, il y a six mois, à 1.129 travailleuses et travailleurs, des représentant(e)s de IndustriALL et UNI, les deux syndicats mondiaux dont l’engagement a permis de réaliser cet accord, ont parlé aux survivantes pour leur faire connaître les nouveaux engagements obtenus, signés par plus de 100 marques mondiales.

Sur le lieu de la tragédie, des familles présentaient les photos de leurs proches dont les dépouilles n’ont pas encore été retrouvées. Beaucoup ont raconté ce qu’elles enduraient depuis le 24 avril dernier.

Runa Rani travaillait au Rana Plaza quand le bâtiment s’est effondré. Elle a perdu sa fille âgée de dix-huit ans dans la catastrophe et la cherche encore.

Notre contremaître nous a forcées à aller travailler. Un craquement entendu dans le bâtiment nous inquiétait, mais notre contremaître a dit avoir contrôlé cela et que c’était OK. Après une demi-heure dans la fabrique, l’électricité a été coupée. Ils ont démarré le groupe électrogène, c’est alors que le bâtiment s’est effondré,” a-t-elle dit.

“Je suis tombée du quatrième étage. J’ai perdu connaissance et repris conscience quatre heures plus tard. Je n’ai pas revu ma fille depuis lors.”

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré: “Ce sont des récits comme celui de Runi qui maintiennent notre détermination indéfectible à obtenir justice pour les travailleuses et travailleurs du Rana Plaza et de tout le secteur de la confection au Bangladesh.”

Les négociations pour l’indemnisation se poursuivent au niveau international, sous la présidence de l’OIT, convoquées par IndustriALL et soutenues par UNI. Alors que Primark a fait les premiers pas en versant six mois de salaire aux familles, les paiements se terminent ce mois-ci et toutes les autres marques doivent encore emboîter le pas.

Le secrétaire général de UNI, Philip Jennings, a dit de son côté: “Ces familles n’oublieront jamais ce qui s’est passé il y a six mois au Rana Plaza et nous non plus.

“C’est pourquoi UNI et IndustriALL ont mis en œuvre cet Accord, c’est pourquoi une centaine de marques l’ont maintenant signé, et c’est pourquoi sous resterons unis avec les travailleuses et travailleurs pour commémorer cette terrible tragédie qui s’est déroulée il y a six mois.”

Le 24 octobre marquera un jour de commémoration six mois après l’effondrement du Rana Plaza. Plusieurs manifestations publiques sont prévues dont l’une par les familles qui cherchent à obtenir un accord juste d’indemnisation. Beaucoup de survivantes ne sont pas remises des blessures graves subies, en particulier une amputation, et l’incapacité de trouver un emploi. Beaucoup de personnes décédées faisaient vivre toute leur famille avec leur salaire.

IndustriALL et UNI marqueront cette commémoration avec les travailleuses et travailleurs du Bangladesh. Les pourparlers de haut niveau entre les syndicats, les marques, le gouvernement et les employeurs, coïncideront avec une semaine d’action sur les conditions de sécurité et de travail.