• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Jenny Holdcroft, directrice des politiques d’IndustriALL, expliquant l’économie du secteur de la confection

Jenny Holdcroft, directrice des politiques d’IndustriALL, expliquant l’économie du secteur de la confection

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

The workshop held in Dhaka

Jenny Holdcroft, directrice des politiques d’IndustriALL, expliquant l’économie du secteur de la confection The workshop held in Dhaka The workshop held in Dhaka The workshop held in Dhaka The workshop held in Dhaka The workshop held in Dhaka The workshop held in Dhaka

Les syndicats bangladais font progresser les revendications pour des salaires décents

26.04.2016

Les syndicats bangladais ont décidé d’intensifier leur campagne pour un salaire décent lors de l’atelier national sur les salaires décents, tenu les 22 et 23 avril 2016, à Dhaka.

L’atelier, organisé conjointement par IndustriALL et la fondation Friedrich Ebert Stiftung, a rassemblé les représentants syndicalistes de différents secteurs : textile et confection, acier, chimie, énergie et démantèlement des navires.

Les participants ont débattu en profondeur de l’octroi de salaires décents aux travailleurs au Bangladesh. Face aux hausses des prix et à la diminution du montant des salaires réels, le salaire minimum actuel – l’un des plus bas au monde – est trop faible pour pouvoir répondre aux besoins essentiels des travailleurs. Les représentants syndicaux ont convenu que l’augmentation des salaires constitue l’enjeu fondamental pour les travailleurs de tous les secteurs au Bangladesh.

Les militants ont évalué les luttes menées par le passé pour faire augmenter les salaires. Ils se sont penchés sur les salaires actuels et les mécanismes de fixation des salaires, et ont analysé les avantages et les inconvénients de l’utilisation de structures de fixation des salaires minima, et de l’établissement de conventions collectives sectorielles pour faire avancer les demandes d’augmentation des salaires.

Les syndicats ont souligné la nécessité de disposer de données techniques exhaustives, appuyées par des études concrètes sur les salaires, afin de définir un salaire décent correspondant aux travailleurs des divers secteurs, et de soutenir les demandes des travailleurs au niveau national.

Prenant la parole lors de l’atelier, Jenny Holdcroft, directrice des politiques d’IndustriALL, a appelé les syndicats à mesurer l’impact des pratiques d’achat des marques, du fait qu’elles absorbent la part la plus importante des bénéfices dans le secteur du prêt-à-porter.

La capacité des employeurs à payer dépend de ce qu’ils reçoivent des acheteurs. Holdcroft a fait valoir que les syndicats doivent organiser la pression internationale sur les marques dans le but d’aider à garantir un salaire décent aux travailleurs au Bangladesh.

Les participants se sont mis d’accord pour convoquer une réunion du Conseil du Bangladesh d’IndustriALL, composé d’affiliés bangladais, pour examiner la question des salaires décents avec les représentants syndicalistes des différents secteurs, commander des études dans ce domaine, et obtenir un consensus sur les revendications en la matière.

Devant le caractère à la fois économique et politique de la question de l’augmentation des salaires au Bangladesh, les participants ont décidé de nouer le dialogue avec les responsables politiques aux fins de les amener à appuyer la demande des travailleurs.

Ils ont également fait part de la nécessité de communiquer ce message aux travailleurs et aux gens ordinaires du pays pour obtenir un soutien le plus large possible.