• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Une travailleuse de la confection victime d’un évanouissement se rétablit dans une clinique près de Phnom Penh. ©IndustriALL Global Union/Luc Forsyth

Les travailleurs cambodgiens de la confection peinent jusqu’à la mort

14.08.2014

Une combinaison de surmenage, de mauvaises conditions de travail et de salaires de misère a été la cause de l’effondrement de nombreuses personnes employées dans la confection. Mais maintenant, les travailleuses et travailleurs peuvent même mourir au travail.

En juillet, en une seule semaine, plus de deux cents travailleuses et travailleurs ont été admis au Prek Anhchanh Health Centre, une clinique de la banlieue de  Phnom Penh, après avoir perdu connaissance au travail dans des ateliers de confection.  

Mais chose plus alarmante, il y a des gens qui meurent au travail dans la confection.  

Sokny Say, membre du syndicat libre des travailleurs du royaume du Cambodge (FTUWKC), affilié à IndustriALL Global Union, a dit:

"L’année 2014 est une année mémorable, en ce sens que si nous avons eu dans le passé de nombreux cas de pertes massives de connaissance, il s’agit de la première année où des gens sont morts. Nous ne devons pas être immunisés contre le fait que dans la confection, de nombreuses personnes  perdent connaissance dans les ateliers. Cela peut être le signe d’une mort prochaine."

Deux travailleuses employées dans des ateliers de la banlieue de Phnom Penh sont mortes fin juillet.

Nov Pas, couturière âgée de trente-cinq ans, qui a cousu des vêtements pendant près de quatre ans pour des marques comme Gap et Old Navy, a perdu connaissance à son poste de travail dans la fabrique Sangwoo, le 24 juillet 2014 à 8 heures du matin. Elle a été admise vers 9 heures à l’hôpital provincial le plus proche, et a été déclarée morte vers 18 heures. 

Contacté pour commentaire, Chea Sok Thong de la fabrique coréenne Sangwoo, a refusé d’admettre une responsabilité d’entreprise pour la mort de Mme Nov, en prétendant que l’hôpital, où elle avait été soignée, avait fait preuve de négligence.

Le travailleur de la confection, Vorn Tha, 44 ans, a perdu connaissance avant de décéder dans la fabrique New Archid, qui confectionne des vêtements pour H&M, après avoir travaillé de nombreuses longues journées de 7 heures du matin à 22 heures.

Une troisième personne, employée dans la fabrique Cambon Kotop Ltd à Phnom Penh, est morte en mars.

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré:

“Ces évènements sinistres de travailleuses et travailleurs perdant connaissance au travail ne doit pas rester sans faire l’objet protestations. Les salaires de misère signifient que les travailleuses et travailleurs de la confection ne peuvent pas manger correctement à leur faim, et que le manque de nourriture, les longues heures de travail et les conditions intolérables dans les ateliers constituent une combinaison létale.

Nous continuons de soutenir les revendications des syndicats cambodgiens pour une augmentation du salaire minimum dans la confection, leur permettant de se procurer suffisamment de nourriture pour vivre, et de ne plus avoir à travailler en heures supplémentaires punitives pour pouvoir survivre.”