Jump to main content
IndustriALL logotype

Les travailleurs de Ford en Russie réclament une indemnisation décente

16 April, 2019Plus de 1 000 travailleurs employés à l’usine Ford-Sollers située à Vsevolozhsk, en Russie, seront licenciés en juillet 2019 en raison de la fermeture de l’usine. Leurs syndicats réclament que le nouveau propriétaire assure la continuité de l’usine et que les fonds d’indemnisation soient répartis équitablement.

Le 12 avril, quelque 150 ouvriers de l’usine Ford Sollers ont organisé, avec le soutien de l’affilié à IndustriALL Global Union, le syndicat interrégional « l’Association des travailleurs » (ITUWA, Interregional Trade Union "Workers Association") et l’organisation syndicale locale de Ford, un rassemblement en scandant les slogans: « Ford: la discrimination et la duperie des travailleurs en Russie » et « Gouverneur et maire, protégez nos droits ».

Les employés de l’usine implantée dans la région de Leningrad n’approuvent pas le Programme de licenciements volontaires élaboré par la direction locale de Ford. Selon le syndicat ITUWA, 10 gestionnaires seront indemnisés à hauteur du montant d’indemnisation alloué à 1 000 employés de l’usine.

Les participants au programme peuvent compter sur une indemnisation clairement supérieure aux exigences légales russes, mais à des conditions limitant les droits des employés. Ces derniers ne devront ni s’absenter du travail pendant plus de cinq jours pour cause de maladie ni faire l’objet de sanctions disciplinaires; et devront remplir les objectifs de production. Dans le cas où une de ces conditions au moins ne serait pas respectée avant le 24 juin, l’employé recevra seulement trois mois de salaire. Selon les militants syndicaux, n’importe quel employé pourrait sans fondement faire l’objet de sanctions disciplinaires et être privé de l’indemnité à laquelle il a droit.

Igor Temchenko, président d’ITUWA pour la région de Leningrad et à Saint-Pétersbourg, a déclaré:

« Nous pensons que le Programme de licenciements volontaires proposé ne répartit pas de manière suffisamment équitable les fonds d’indemnisation. Le directeur et les gestionnaires recevront de 4 à 10 millions de roubles (de 61 200 à 153 000 $ US), et les travailleurs, de 400 000 à 1 million de roubles (de 6 100 à 15 300 $ US). Au cours des négociations, nous aimerions trouver une option acceptable pour les deux parties. Néanmoins, l’employeur refuse de négocier avec les syndicats ».

La direction de Ford Europe ne souhaite pas non plus dialoguer avec les syndicats, indiquant que le montant des fonds alloués est suffisant, et que la distribution est une affaire interne à la direction locale à Vsevolozhsk.

Les syndicats ont envoyé une lettre à la direction de Ford Motor, dont le siège est basé à Dearborn (Etats-Unis), y compris à Bill Ford, le président exécutif de la société Ford Motor.

Georg Leutert, directeur d’IndustriALL pour l’industrie automobile, a indiqué:

« La fermeture de l’usine aura des conséquences sociales dramatiques pour la ville de Vsevolozhsk. Aussi, Ford doit agir rapidement et rassembler toutes les parties prenantes, y compris les syndicats, autour d’une même table, et entamer des discussions communes ouvrant des perspectives durables pour des milliers de travailleurs et leurs familles ».

Plus tôt, le 5 avril, les travailleurs de l’usine ont adopté une déclaration commune, qui charge le conseil d’entreprise de Ford à Vsevolozhsk de s’adresser au gouvernement de la Fédération de Russie pour organiser des négociations avec les acheteurs potentiels du site industriel de Ford à Vsevolozhsk, et avec la participation obligatoire des représentants des travailleurs; ainsi que pour employer tous les travailleurs qui le veulent dans la nouvelle entreprise.

Vadim Borisov, Secrétaire régional d’IndustriALL, a commenté:

« Ford et Ford Sollers ne disposaient pas de stratégie adaptée au marché russe et maintenant les travailleurs doivent payer pour leur incompétence. Nous soutenons les revendications des syndicats en matière de paiements justes, et nous appelons le gouvernement à veiller à ce qu’un maximum d’employés de Ford Sollers puissent garder leurs emplois à l’usine lorsqu’elle sera rachetée par un nouveau propriétaire ».