• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Loading...

Photo from TUC.  Full set below.

Photo from TUC. Full set below.

Photo from TUC.  Full set below.

Les travailleurs envahissent les rues de Londres

25.10.2012

Le 20 octobre 2012, 150.000 personnes sont venues à Londres pour participer à des actions organisées par les syndicats contre les mesures d’austérité décidées par le gouvernement.

Dans le cadre de la campagne organisée par le Congrès des syndicats (TUC) contre l’austérité, plus de 150.000 personnes sont venues à Londres pour participer au rassemblement sur le thème ‘A Future That Works’ (un avenir qui travaille) en exigeant la fin du programme d’austérité du gouvernement qui est préjudiciable et va à l’encontre du but recherché. Des milliers de personnes ont également défilé à Glasgow et à Belfast.
 
À plusieurs reprises, les syndicats et notamment l’affilié de IndustriALL Global Union au Royaume-Uni, Unite, ont soutenu lors de ce rassemblement que les mesures d’austérité sont la réponse la plus mauvaise du gouvernement à la crise et ouvrent la voie à un avenir sinistre pour les gens ordinaires.
 
S’adressant aux personnes présentes à la marche, le secrétaire général de Unite, Len McCluskey, a déclaré qu’avec un niveau de vie qui s’effrite déjà, les gens seront tout simplement incapables de faire face à cette nouvelle sanction du gouvernement. Au Royaume-Uni, les syndicats sont concernés par le fait que 90 pour cent des réductions ont été imposées par la coalition au gouvernement.
 
“Les gens empruntent déjà des centaines de livres sterling chaque mois pour s’en sortir. Nous savons – et le gouvernement le sait très bien – que des millions de travailleurs et travailleuses ayant des bas salaires doivent simplement tenter de se maintenir à flot”, a ajouté McCluskey.

Il a dit pour terminer: “Il n´y a pas la moindre preuve économique pour justifier de s’accrocher à l’austérité, mais beaucoup d’avertissements sur les terribles résultats auxquels les gens ordinaires doivent s’attendre. L’incapacité de pouvoir y réfléchir n’est pas seulement sans cœur, c’est également une attaque absurde sur la stabilité de notre pays”.