• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Enfant participant à la manifestation pacifique de Los Mineros pour demander la réintégration de sa mère.

Enfant participant à la manifestation pacifique de Los Mineros pour demander la réintégration de sa mère.

Enfant participant à la manifestation pacifique de Los Mineros pour demander la réintégration de sa mère.

Los Mineros lutte contre les licenciements à PKC et à Teksid Mexico

25.08.2016

Les travailleurs au Mexique font face actuellement à 500 et 100 licenciements au sein respectivement du groupe Arneses y Accesorios PKC et de Teksid. Les membres de Los Mineros, affilié d’IndustriALL, luttent pour être réintégrés et mettre un terme aux pratiques antisyndicales.

PKC et Teksid sont connus pour les pratiques antisyndicales qu’ils utilisent contre les travailleurs souhaitant être représentés par un syndicat démocratique. Les deux compagnies recourent à tous les moyens, y compris les menaces, les suspensions et les renvois pour intimider et punir ceux qui manifestent leur soutien au syndicat Los Mineros.
 
Le Sindicato Nacional de Trabajadores Mineros Metalúrgicos y Similares de la República Mexicana, plus connu sous le nom de Los Mineros, fait campagne pour remporter le prochain vote et représenter les travailleurs dans les négociations collectives au sein des deux compagnies. Son adversaire est le syndicat maison, la Confédération des travailleurs du Mexique (CTM).
 
Le 12 août, Los Mineros a organisé une manifestation pacifique près de l’usine et à Arneses y Accesorios PKC, dans la ville d’Acuna, située dans l’état de Coahuila. Le syndicat a également remis une lettre au Conseil fédéral de conciliation et d’arbitrage (JFCA), dans laquelle il réclame la réintégration des 500 travailleurs licenciés et le respect par la compagnie de la décision du JFCA favorable aux travailleurs licenciés en 2012.
 
La lettre fait aussi mention des menaces répétées et des pratiques antisyndicales utilisées par la compagnie transnationale pour empêcher les travailleurs de voter librement pour le syndicat des mineurs.
 
« Le gouvernement protège les entreprises transnationales de sorte que les travailleurs qui luttent pour améliorer leurs conditions de travail n’osent pas élever la voix. C’est pourquoi nous manifestons », a indiqué un des responsables syndicaux pendant la manifestation.
 
Pendant ce temps, les travailleurs de Teksid Hierro, faisant partie du groupe Fiat Chrysler, luttent depuis 2014 contre  les représailles abusives orchestrés par la compagnie à l’encontre de ceux qui souhaitent devenir membre de Los Mineros. Le 15 août, la compagnie a licencié 100 travailleurs et en a suspendu 100 autres sans raison valable.
 
« Nous dénonçons ces pratiques qui violent les droits de l’Homme et du travail. Cette attitude malveillante a pour seul but d’effrayer et d’intimider les autres travailleurs pour qu’ils s’abstiennent de voter pour le syndicat national Los Mineros lors de la prochaine élection », a déclaré Manuel Prince Duron, délégué du Comité exécutif national de Los Mineros à Monclova.

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Fernando Lopes, a  conclu:

« IndustriALL continue de soutenir les travailleurs qui font campagne pour que leurs droits syndicaux soient respectés et que tous les travailleurs licenciés abusivement soient réintégrés. PKC et Teksid doivent respecter les normes internationales, dont la Convention n° 87 de l’OIT sur la liberté syndicale ».