• Cet article est proposé en:
  • en
  • fr

Maroc: Vers la création d’une fédération nationale des métaux

12.05.2017

Les syndicats des industries automobile et aérospatiale de l’Union Marocaine du Travail (UMT) se sont réunis à Casablanca, au Maroc, les 18-19 et 23-24 mars 2017, où ils ont unanimement décidé de constituer une fédération nationale des métaux dans le but d’établir un pouvoir syndical et d’améliorer les droits et les intérêts des travailleurs.

Quelque 30 représentants syndicaux de l’industrie automobile et des composants automobiles ont participé à la réunion d’IndustriALL Global Union, tenue à Casablanca, les 23 et 24 mars 2017, pour élaborer un plan d’action dans un contexte d’expansion rapide du secteur automobile. Ils ont convenu d’établir une fédération nationale des métaux qui regrouperait le secteur automobile, le secteur du câblage, des circuits électroniques et des technologies de l’information et de la communication (TIC), le secteur de l’acier et le secteur aérospatial. Des comités préparatoires ont été créés pour chacun de ces secteurs. Les quatre comités ont organisé leur première réunion commune le 1er avril, au siège de l’UMT, à Casablanca.

L’industrie automobile au Maroc est en plein essor et sa chaîne d’approvisionnement s’accroît rapidement avec l’arrivée de nouveaux acteurs du monde entier. Avec ses 135 000 collaborateurs, cette industrie est devenue le principal secteur d’exportation et joue un rôle essentiel dans le développement du pays.

La proximité des marchés européens en fait une destination d’approvisionnement attrayante pour les principaux constructeurs automobiles. Outre l’usine Renault implantée à Tanger, qui génère plus de 7 000 emplois, PSA Peugeot Citroën construit une usine à Kénitra, sur la côte Atlantique marocaine, qui devrait entrer en service en 2019.   

Le développement du secteur automobile laisse penser qu’il existe un énorme potentiel organisationnel des travailleurs, notamment dans les régions clés de Tanger et de Kénitra, ainsi que dans la zone industrielle de Casablanca. 

Le 20 mars, le Roi du Maroc a lancé la création d’une nouvelle ville industrielle près de Tanger qui devrait accueillir 200 entreprises chinoises. Le nouveau projet, qui bénéficiera d’un investissement total de la Chine allant jusqu’à 10 milliards de US$ sur 10 ans, vise à créer 100 000 emplois, principalement dans les industries aérospatiale, automobile, textile et de la confection. 

Les participants à la réunion ont débattu des problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs. Bien que le Code du travail national garantisse la liberté syndicale et de négociation collective, la réalité est toute autre et leurs droits sont contournés à bien des égards.

Un défi spécifique est celui de la prévalence des contrats de travail temporaires dans le secteur et de la politique d’externalisation suivie par les compagnies. Les délégués ont fortement insisté sur la nécessité d’échanger des informations sur les entreprises opérant dans le pays et de conduire des formations pour améliorer les compétence en matière d’organisation des travailleurs et de négociation afin que les syndicats deviennent des partenaires constructifs dans le dialogue social.

Vingt-un responsables du syndicat UMT de l’industrie aérospatiale ont examiné les mécanismes et les stratégies relatifs à la manière de négocier, d’améliorer et d’élargir la portée des conventions collectives au niveau des entreprises et du secteur au Maroc, à l’atelier organisé par IndustriALL, les 18 et 19 mars, sur les conventions collectives dans cette industrie. Ont participé à cet événement entre autres les représentants syndicaux des entreprises suivantes: Anapec, RFM, Bombardier, UMPM, Socaero-Daher, ASM–Aero et Stelia.

L’industrie aérospatiale continue de se développer en Afrique du Nord tout comme les syndicats consolident leur pouvoir pour relever les défis auxquels font face les travailleurs.

Les responsables de l’UMT ont exprimé leur soutien envers le processus de création d’une fédération nationale des métaux fondée sur les principes démocratiques.

Kemal Özkan, Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, a déclaré:

« IndustriALL félicite nos collègues hommes et femmes de l’UMT de renforcer leur pouvoir par la mise en place d’une structure sectorielle nationale forte. Cette décision est conforme avec l’objectif global d’IndustriALL consistant à construire un pouvoir syndical. C’est de cette façon que nous devrions procéder pour constituer des syndicats puissants dans la région MENA ».