• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs du textile à Maurice sont sur le point de recevoir l’augmentation de salaire leur étant due depuis longtemps.

Maurice: les syndicats remportent une victoire en matière de salaire minimum

13.12.2017

La campagne menée par les syndicats depuis plusieurs années à Maurice a porté ses fruits, le gouvernement ayant approuvé le versement d’une enveloppe salariale minimale d’un montant de 9 000 roupies mauriciennes par mois (257 US$) dès l’année prochaine.

Le nouveau salaire minimum mensuel, annoncé au parlement le 8 décembre, s’élève à 8 140 Rs (232 US$). Néanmoins,  les travailleurs devraient ramener à leur domicile 9 000 Rs en raison des diverses indemnités compensatoires qui leur seront versées par le gouvernement ou l’administration fiscale de Maurice.

« Je peux vous garantir que les employés recevront au minimum 9 000 roupies en 2019 », a déclaré le Ministre du Travail de Maurice, Soodesh Callichurn, à propos de cette décision qui devrait profiter à près de 120 000 travailleurs dans le pays.

Il s’agit d’une augmentation importante pour de nombreux travailleurs, notamment ceux employés dans l’industrie du textile, dont certains perçoivent en moyenne seulement 4 000 Rs (114 US$) par mois, selon les syndicats. Quatre-vingt-dix pour cent des travailleurs employés dans l’industrie du textile et de l’habillement mauricienne sont des femmes. Les conditions sont pénibles, beaucoup travaillant debout toute la journée.

Une fois que le nouveau salaire minimum entrera en vigueur, les travailleurs du textile seront payés 9 000 Rs pour une semaine de 45 heures. Ils ne devraient donc plus travailler d’aussi longues heures pour parvenir tout juste à subsister.

Cependant, ce montant reste en deçà de ce que les syndicats jugent être un salaire décent, calculé à environ 14 500 Rs (414 US$) en 2014.

Reeaz Chuttoo, membre de l’affilié à IndustriALL Global Union à Maurice, le syndicat des employés de l’industrie chimique, manufacturière et des autres industries et services liés (Chemical, Manufacturing and Connected Trades Employees Union - CMCTEU), a indiqué:

« C’est un pas dans la bonne direction. Je me réjouis également de la décision du gouvernement d’englober les 20 000 travailleurs employés dans la zone de libre-échange (à Maurice) ».

Les syndicats ont milité pour un nouveau salaire minimum durant les négociations tripartites avec le gouvernement et les employeurs à Maurice.

La Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL, Jenny Holdcroft, a déclaré:

« C’est une victoire importante pour les syndicats à Maurice. Les années de campagne qu’ils ont menées ont porté leurs fruits. Le nouveau montant du salaire minimum changera de manière significative la vie de milliers de travailleurs, en particulier des femmes. Nous félicitons nos affiliés à Maurice pour cette réussite alors qu’ils poursuivent leur lutte pour un salaire décent ».