• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Loading...

« Nous nous battrons pour nos emplois » déclarent les syndicats au cœur de la crise de la sidérurgie

24.11.2016

Quelque 100 délégués de 32 syndicats de 24 pays qui organisent les travailleurs dans le secteur des métaux de base se sont réunis dans la ville allemande de Duisburg pour élaborer un plan d’action visant à venir à bout de la crise sidérurgique.

Le Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, Valter Sanches, a souligné que la tenue de la réunion dans la ville de Duisburg, située dans une zone industrielle aussi importante que la Ruhr, était un choix symbolique important : une ville sidérurgique majeure ayant vu le déclin de l’industrie mais réussi une transition juste.

Les délégués ont été accueillis par le maire, Sören Link :

« Nous pensions que nos feux ne s’éteindraient jamais, mais ils se sont affaiblis et nous avons perdu des milliers d’emplois. Nous avons cependant réussi à transformer notre ville grâce à l’innovation et à notre détermination ».

Deux questions ont pris le pas à la conférence, à savoir l’élection de Donald Trump en tant que Président des Etats-Unis et la surcapacité sidérurgique due au dumping chinois.

Valter Sanches a déclaré :

« Nous faisons face à une polarisation politique et à l’augmentation de la droite populiste : Trump et le Brexit, le coup d’Etat au Brésil et les signes inquiétants entourant la prochaine élection présidentielle en France.

« Nous devons renforcer la puissance et l’unité de nos syndicats pour affronter cette menace ».

La conférence a débattu d’une déclaration ferme sur la crise mondiale sidérurgique. L’acier est la deuxième industrie au monde en importance et a été le moteur du développement industriel durant un siècle. De nombreuses autres industries en dépendent et sa consommation devrait augmenter.

Néanmoins, le secteur connaît sa plus grave crise depuis une génération. La production chinoise d’acier a été multipliée par cinq en 15 ans grâce aux aides publiques. Or, l’économie chinoise ralentissant et la demande intérieure diminuant, l’excès de production fait l’objet d’un dumping sur le marché mondial, l’altérant gravement et créant une crise de durabilité sectorielle.

La déclaration incite les institutions mondiales et les gouvernements à élaborer des stratégies pour empêcher le dumping. La Chine ne devrait pas se voir accorder le statut d’économie de marché alors qu’elle refuse de respecter les règles mondiales.

La déclaration relève également que les travailleurs chinois subissent la contraction économique et exhorte la Chine à autoriser les syndicats libres. A la place d’une spirale baissière causée par une concurrence déloyale, la déclaration préconise des investissements de grande ampleur en matière d’infrastructures et de formations, de sorte que l’industrie continue de répondre aux demandes futures.

Le coprésident de section Thomas Conway du syndicat des sidérurgistes United Steelworkers a été clair :

« Les aides publiques octroyées aux producteurs chinois leur permettent de vendre de l’acier à un prix inférieur aux coûts de production, ce qui fausse le marché. Nous perdons des milliers d’emplois à cause de cette surcapacité structurelle ».

Au cours des sessions importantes sur la façon dont des syndicats puissants peuvent apporter des changements, Jörg Hofmann, président d’IndustriALL et d’IG Metall, s’est exprimé sur la manière dont IG Metall a défendu les emplois dans le secteur des métaux de base.

Il a attiré l’attention sur l’importance d’avoir des syndicats puissants, bien organisés, en bonne position de négociation pour pouvoir travailler et gérer avec les employeurs les transformations du secteur.

La solution est de miser sur l’innovation et la hausse de la productivité en résultant. Les syndicats doivent se battre en faveur des investissements industriels et de la formation professionnelle aux fins d’offrir de nouveaux emplois à des travailleurs hautement qualifiés.

« Un syndicat puissant peut influencer les politiques et codéterminer l’avenir du secteur.
« L’innovation joue un rôle clé. C’est une occasion en or. Elle a besoin d’une main-d’œuvre qualifiée. La formation professionnelle est très importante ».
« Nous avons besoin d’organisations syndicales stables et inébranlables. De nombreux défis nous attendent ».

L’importance d’avoir une position de négociation forte au niveau international a été réaffirmée lors de la session sur les accords-cadres mondiaux présentée par le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan.

« Ce ne sont pas seulement des accords sur papier : les droits des travailleurs sont une ligne rouge. Etablir des réseaux syndicaux est fondamental à la construction de cette force au niveau international ».

La conférence a adopté un plan d’action recommandant l’unité face aux défis à venir et l’engagement des syndicats pour combattre le travail précaire et parvenir à une transition juste. Le plan implique de renforcer les réseaux syndicaux et incite le secteur des métaux de base à travailler en plus étroite collaboration avec le secteur minier pour assurer une meilleure couverture de la chaîne d’approvisionnement.

Les syndicats interviendront auprès des institutions internationales pour favoriser l’adoption d’un accord mondial équitable sur les producteurs d’acier qui n’entraînera pas de distorsions du marché.

Thomas Conway et Sanjyot Vadhavkar de la Fédération des travailleurs de l'acier, du métal et de l'ingénierie de l'Inde (SMEFI) ont été élus coprésidents pour la prochaine période quadriennale.
 
Nous vous invitons à vous rendre sur notre page flickr pour visionner les photos de la conférence.