• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

La mine de charbon de Sanjidi, située près de Quetta, dans la province du Baloutchistan.

La mine de charbon de Sanjidi, située près de Quetta, dans la province du Baloutchistan.

La mine de charbon de Sanjidi, située près de Quetta, dans la province du Baloutchistan.

Pakistan: mort de 19 mineurs, dont des secouristes, dans un accident survenu dans une mine de charbon

16.08.2018

 

Le 12 août 2018, soit deux jours avant la Fête de l’indépendance du Pakistan, 19 personnes, dont 13 mineurs et six secouristes, sont décédés dans un terrible accident survenu à la mine de charbon située à Sanjidi, près de Quetta, dans la province du Baloutchistan.

Selon les derniers éléments à disposition, 14 cadavres ont été retrouvés et les corps de cinq mineurs sont toujours coincés dans les décombres de la mine. Les mineurs décédés étaient originaires des régions de Shangla, Swat et Dir, situées dans la province du Khyber Pakhtunkhwa.

Au moment de l’accident, qui s’est produit dans la nuit du 12 août, 13 mineurs travaillaient à 1 200 mètres de profondeur dans la mine, située dans la région de Sanjidi. Tous ont été tués lors de l’effondrement de cette dernière provoqué par l’explosion de gaz méthane.

Après l’explosion, des bénévoles ont lancé des opérations de secours, ayant dû être suspendues après qu’une dizaine de secouristes environ se soient évanouis pendant le sauvetage. Suite à une tournure tragique des événements, il est apparu plus tard que des secouristes sont morts d’asphyxie après avoir eux-mêmes été piégés et tués par le gaz méthane toxique renfermé dans la mine.

L’ampleur de la crise de sécurité dans les mines au Pakistan est plus qu’alarmante. Selon le simple recueil des informations publiées depuis 2010 jusqu’en août de cette année, plus de 357 travailleurs ont perdu la vie dans de multiples accidents miniers.

Depuis janvier 2018 seulement, 74 mineurs sont morts dans des accidents miniers. En janvier 2018, six mineurs sont morts dans une série d’accidents. En mars, deux travailleurs sont morts. En avril, ce sont 19 travailleurs qui sont décédés. En mai, 23 travailleurs sont morts. En juin, quatre travailleurs et jusqu’à aujourd’hui, 20 août, 20 travailleurs supplémentaires. Ces chiffres provenant des dépêches publiées, le nombre réel de décès pourrait être beaucoup plus élevé.

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a déclaré:

« Il est douloureux de constater que les accidents miniers continuent de tuer au Pakistan. En mars 2018, IndustriALL et ses affiliés ont lancé une campagne en faveur de la santé et de la sécurité dans les mines pakistanaises, exhortant le gouvernement du Pakistan à ratifier et à mettre en œuvre la Convention n° 176 de l’OIT sur la sécurité et la santé dans les mines. Nous ne pouvons pas accepter d’avoir des accidents miniers mortels supplémentaires. Continuer de ne pas prendre de mesures entraînera davantage de morts.

« Le gouvernement central et les gouvernements provinciaux doivent se réveiller et agir de concert pour mettre fin aux pratiques minières non sûres et dangereuses. Une initiative tripartite rassemblant les autorités gouvernementales, les employeurs et les représentants des travailleurs visant à améliorer la sécurité dans les mines devrait être lancée immédiatement. Dans le cadre de ce processus, la ratification immédiate de la Convention n° 176 de l’OIT fournira l’assistante technique tant nécessaire à l’amélioration des conditions de sécurité dans les mines ».

L’affilié à IndustriALL, la Fédération syndicale centrale des mines du Pakistan (PCMLF), a déclaré, dans un communiqué de presse, que:

« Le gouvernement doit veiller à ce que les victimes d’accidents miniers soient indemnisées de manière adéquate. Une enquête en bonne et due forme devrait être menée pour identifier les responsables de l’accident afin qu’ils soient punis pour négligence. Le gouvernement devrait immédiatement commencer à prendre des mesures correctives en donnant la priorité à l’amélioration de la sécurité et à la ratification de la Convention n° 176 de l’OIT ».