Jump to main content
IndustriALL logotype

Plus de 40 sidérurgistes en grève arrêtés en Iran

19 December, 2018IndustriALL Global Union a écrit au gouvernement iranien pour condamner l’arrestation de plus de 40 grévistes du complexe Ahvaz Steel lors de rafles à leurs domiciles les 17 et 18 décembre.

Environ 31 travailleurs ont été arrêtés vers deux heures du matin le lundi 17 décembre et au moins 10 autres le 18 décembre.

Au cours de ces vagues d’arrestation, des agents de la République islamique d’Iran ont tabassé certains sidérurgistes devant des membres de leur famille et saisi des biens personnels, dont leurs téléphones portables.

Dans la matinée du 19 décembre, des forces de police et des Gardiens de la Révolution ont bouclé des quartiers de la ville d’Ahvaz pour empêcher les rassemblements de travailleurs à l’usine du Groupe sidérurgique national iranien (INSIG) à Ahvaz, qui sont en grève pour dénoncer l’incapacité de leur employeur à verser leurs salaires pendant des mois.

Cependant, un groupe important de travailleurs a continué courageusement à manifester, notamment pour appeler à la libération de leurs collègues arrêtés.

Les travailleurs d’INSIG sont en conflit avec leurs propriétaires privés depuis plus d’un an après qu’ils ont failli à remplir leur obligation de faire tourner l’usine d’Ahvaz à pleine capacité. Les travailleurs revendiquent que l’usine soit restituée au secteur public et appellent à des investissements stratégiques pour assurer qu’elle soit rentable et durable.

Les revendications des travailleurs d’INSIG, ainsi que celles des grévistes du complexe industriel de canne à sucre Haft Tappeh, sont soutenues par un grand nombre de syndicats, d’organisations de travailleurs ainsi que par des organisations sociales et politiques et recueillent un soutien croissant auprès de la société iranienne en général.

“Depuis que la vague de protestation a envahi l’Iran plus tôt dans l’année, le régime craint toute opposition. Il sait toute la colère qu’il peut y avoir sous la surface de la société iranienne. Des travailleurs qui essaient simplement de s’organiser pour réclamer les salaires qu’ils ont gagnés et améliorer leurs conditions d’emploi, un droit humain fondamental au sein de toute démocratie, sont considérés comme une menace pour le régime,” a indiqué Jamshid Ahmadi, de l’affilié d’IndustriALL, le Syndicat des métallurgistes et mécaniciens d’Iran.

Dans un courrier adressé au Président de l’Iran, le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, écrit :

“IndustriALL condamne fermement les arrestations des métallurgistes en grève et appelle à leur libération immédiate et inconditionnelle. Par ailleurs, IndustriALL réclame le versement de tous les salaires impayés, l’arrêt immédiat de toute mesure de contrainte à l’égard de la main d’œuvre et la protection des droits fondamentaux des travailleurs, parmi lesquels ceux de rejoindre un syndicat de leur choix et de mener des négociations collectives.”