• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Rio Tinto responsable du vol de salaires dans les eaux australiennes

08.07.2015

Il est signalé que l’équipage d’un navire affrété par Rio Tinto n’a reçu, depuis des mois, aucun salaire et a été forcé de vivre et de travailler dans la crasse.

Ce vol évident de salaires et les mauvais traitements infligés aux travailleurs qui transportent par bateau la bauxite pour Rio Tinto, appellent l’attention sur les problèmes liés au recours par l’entreprise à l’emploi précaire.

Le navire a été affrété par Rio Tinto pour transporter par cabotage le minerai de ses mines de bauxite de Weipa et Gove jusqu’à sa raffinerie d’alumine située à Yarwun, en passant par les eaux australiennes. Ce navire qui appartient à un armateur japonais, est immatriculé au Panama, opère depuis le Portugal, et son équipage est entièrement philippin.

“Non content d’employer des marins venus de pays où la pauvreté est généralisée avec des salaires de seulement 2 USD de l’heure, l’opérateur de ce navire n’a pas payé un seul centime des salaires des membres d’équipage depuis avril,” a dit Dean Summers, de la fédération internationale des ouvriers du transport, qui a inspecté récemment le navire.

En sous-traitant le transport par bateau de sa bauxite, Rio Tinto réduit actuellement l’emploi d’opérateurs ferroviaires pour transporter ses produits en Australie.

“Dans le cas où Rio Tinto décidait de transporter sa bauxite par route ou par rail, l’entreprise devrait payer des salaires minimums australiens et respecter la réglementation australienne sur la santé et la sécurité, mais elle peut éviter ces obligations par mer et réduire considérablement les coûts,” a dit Summers.

L’emploi de main-d’œuvre en sous-traitance et autres formes d’emploi précaire par Rio Tinto a récemment été vivement critiqué dans les réunions annuelles de l’entreprise.

Rio Tinto prétend assumer la responsabilité pour sa main-d’œuvre directe et indirecte, mais le fait que ce vol évident des salaires, qui a seulement été constaté lors d’une inspection syndicale, montre clairement que l’entreprise ne réussit pas à contrôler sa chaîne d’approvisionnement,

a indiqué Kemal Özkan, secrétaire général adjoint de IndustriALL.

IndustriALL demande à Rio Tinto de s’assurer que les travailleurs touchés recevront immédiatement tous les salaires qui leur sont dus. Nous demandons également à l’entreprise de réduire le recours à l’emploi précaire qui vise à affaiblir les syndicats et réduire les conditions des salariés. Et nous demandons à Rio Tinto d’améliorer l’information cruellement incorrecte du public sur son recours à l’emploi précaire,

a ajouté Özkan.