• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Des compagnons de route, membres de l’USW, expriment leur soutien aux travailleurs et travailleuses à Commerce.

Des compagnons de route, membres de l’USW, expriment leur soutien aux travailleurs et travailleuses à Commerce.

Tenir tête pour avoir des conditions de travail sûres

16.06.2014

Les travailleurs et travailleuses de l’usine Huhtamaki située à Commerce en Californie, ont demandé à la direction de “s’engager de bonne foi dans un dialogue” sur les conditions de travail dans l’usine. La température peut atteindre et même dépasser 38o C et les travailleurs et travailleuses sont soumis à un système disciplinaire, auquel, selon eux, la direction a recours “uniquement pour les punir.”

La lettre qu’ils ont présenté à la direction de l’usine Huhtamaki demande également à ses responsables patronaux de s’abstenir d’utiliser des représailles contre les travailleurs et travailleuses pour leurs actions.

Un travailleur dit:

"Nous savions déjà que lorsque nous avons tenté de parler individuellement de ces questions avec la direction, rien n’a changé. En nous rassemblant, nous avons réalisé que si nous demandions ensemble à obtenir des changements, il était impossible à la direction de nous ignorer. Tout ce que nous voulons de leur part, c’est de nous traiter de la même façon qu’ils traitent leurs salariés syndiqués."

Alors que les travailleurs et travailleuses de Huhtamaki à Commerce n’ont pas de représentation syndicale, ils ont le soutien syndical de la main-d’œuvre des six installations de Huhtamaki où les salariés bénéficient de la protection d’une convention syndicale. Cinq d’entre elles ont le soutien d’unités de négociation de United Steelworkers (USW) affilié à IndustriALL Global Union, et la sixième est représentée par le syndicat Retail, Wholesale and Department Store Workers/UFCW (RWDSU/UFCW).

Beaucoup d’usines de l’entreprise dans le monde, au Royaume-Uni, au Brésil, en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays, sont également syndicalisées. Ces travailleurs et travailleuses syndiqué(e)s ont envoyé des messages et des photos pour marquer leur solidarité avec leurs camarades de Huhtamaki qui n’ont pas de représentation syndicale en Californie.

Le Conseil Huhtamaki de l’USW a également envoyé une lettre de soutien aux travailleurs et travailleuses.

Un autre travailleur a dit:

"C’est très important de savoir que d’autres travailleurs et travailleuses de Huhtamaki nous soutiennent aujourd’hui dans le pays. J’ai l’impression que l’entreprise va devoir maintenant nous écouter."

Plus de 3.500 personnes travaillent dans l’une des 21 usines de l’entreprise mondiale finlandaise  de produits d’emballage et en papier aux États-Unis.

Huhtamaki développe ses activités aux États-Unis et un nouveau rapport de l’USW et d’AFL-CIO révèle comment la stratégie d’expansion aux États-Unis porte sur les bas salaires, l’emploi précaire, et menace la sécurité de l’emploi et le niveau de vie des salariés syndiqués.

Le rapport donne des précisions sur la façon dont Huhtamaki tire profit des subventions obtenues au niveau local et à celui de l’État, et des allègements fiscaux, et qu’au lieu d’offrir de bons emplois pour les communautés dans lesquelles l’entreprise se développe, elle n’utilise qu’une main-d’œuvre temporaire avec des salaires toujours plus faibles, et des prestations minimums. Il signale également les réductions de dépenses dans la sécurité et la santé au travail qui ont des conséquences sur les travailleurs et travailleuses dans les usines. Huhtamaki emploie un cabinet d’avocats spécialisé dans la répression syndicale pour s’opposer aux initiatives de la main-d’œuvre pour se syndiquer, et déplace des lignes de produits dans ses usines sans représentation syndicale.