• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs de Petrotrin sont prêts à faire grève à moins de recevoir une augmentation de salaire.

Le président général d’OWTU, Ancel Roget, s’adressant aux membres du syndicat avant d’entamer les négociations finales avec Petrotrin.

Les responsables et les membres d’OWTU devant le Ministère du travail le 3 janvier 2017.

Trinidad: une compagnie pétrolière sous la menace d’une importante grève

05.01.2017

Environ 5 000 travailleurs de l’industrie pétrolière de la Trinité et Tobago sont sur le point de se mettre en grève en réponse aux tentatives de la compagnie pétrolière publique d’imposer un gel des salaires durant six ans.

Lors des négociations avec le syndicat des travailleurs de l’industrie du pétrole, Oilfields Workers’ Trade Union (OWTU), la compagnie pétrolière de Trinité et Tobago, Petroleum Company of Trinidad and Tobago Limited (Petrotrin), a refusé d’accorder toutes augmentations salariales au cours de deux périodes successives de négociation collective.

Le syndicat, qui a déposé un préavis de grève, s’apprête à faire grève lundi à moins que la compagnie fasse une proposition raisonnable. 

OWTU, affilié à IndustriALL Global Union, a indiqué qu’il ne resterait pas impassible alors que la compagnie essaie de rogner sur les salaires des travailleurs sous prétexte des faibles prix du pétrole.

Le président général d’OWTU, Ancel Roget, a indiqué que les travailleurs ne devraient pas être tenus responsables des difficultés financières rencontrées par Petrotrin, et signalé que les anciens ministres de l’énergie ainsi que les chambres de commerce de Trinité n’avaient pris aucune mesure après avoir été alertés par le syndicat sur la corruption et la mauvaise gestion de la compagnie. Le manque d’efficacité coûterait 522 millions de US$ par an à la compagnie, a-t-il ajouté.

« Ces allégations sont fondées sur les propres informations et registres de Petrotrin. La fiabilité de l’équipement, l’inefficacité opérationnelle, les heures supplémentaires, le torchage et les cadeaux de qualité concourent à ce manque d’efficacité », a indiqué Roget aux journalistes; « c’est plus que ce que les travailleurs réclament pour la totalité de la période triennale. Croyez-le ou non, Petrotrin a la capacité de financer la hausse des salaires demandée ».

OWTU a indiqué que Petrotrin avait pris une série de mauvaises décisions, au rang desquelles l’échec du projet de gaz liquéfié, World Gas To Liquids (WGTL), qui coûte à la compagnie plus d’1 milliard de US$, mais aussi le paiement de centaines de millions de dollars à des fournisseurs pour des équipements dont elle dispose déjà, et le versement de18 millions de US$ à quatre expatriés pour des contrats de trois ans offerts en remplacement du directeur de la raffinerie.

Roget a mis en garde contre la paralysie de l’ensemble des opérations, notamment de la raffinerie, à la fois à terre et en mer, en cas de conduction de la grève.

IndustriALL a demandé au Premier ministre, Keith Rowley, et au président de Petrotrin, Fitzroy Harewood, de faire une proposition raisonnable afin d’éviter la grève. Il a également exprimé son entière solidarité avec OWTU.

Valter Sanches, Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, a déclaré:

La position déraisonnable et inflexible de Petrotrin ne tient pas compte de la contribution vitale que les travailleurs apportent à la compagnie et à l’économie du pays. Elle fait également fi du fait que ce sont les travailleurs qui, ensemble, ont maintenu la compagnie malgré son manque d’efficacité à plusieurs niveaux.