Jump to main content
IndustriALL logotype

Trouver de nouvelles façons de riposter

Read this article in:

15 mai, 2020Même quand tout va pour le mieux, il n'est pas facile de recourir à la grève. C'est d'autant plus vrai lorsque votre région est frappée par des tornades et par l'épidémie de Covid-19. Et malgré tous ces obstacles, en avril, les membres de la section locale 1407 de l'UAW ont opposé un front uni et ont arraché une convention équitable à Cummins Filtration, à Cookeville dans le Tennessee.

Des mesures ont été prises pour protéger les membres dans leur action de grève semaine après semaine. Le nombre de participants au piquet de grève était limité et la durée de rotation des équipes réduite, la distanciation sociale respectée et des gants, du gel hydro-alcoolique et autres protections étaient à disposition.

Le problème de l'impossibilité d'organiser une réunion et un scrutin de ratification a été surmonté en faisant preuve d'imagination. Trois circuits en voiture ont été organisés : un premier pour la remise des documents, un deuxième pour ceux qui avaient des questions à poser et enfin un troisième circuit pour le vote. 

Si des membres avaient des questions, ils agitaient le bras par la vitre de la voiture et un membre du comité de négociation venait répondre.

Sur son site web, l'UAW déclare :

"Avec le soutien qu'ils ont reçu de la Région 8 et de l'Internationale UAW, ces membres ont pu se serrer les coudes et montrer à l'employeur qu'ils n'allaient pas plier l'échine et accepter tout ce qu'il voulait."

Valter Sanches, le Secrétaire général d'IndustriALL, félicite la section 1407 de l'UAW et déclare que, pendant la pandémie, les syndicats trouvent des formes innovantes pour lutter pour leurs adhérents et défendre leurs droits.

Au Brésil, plusieurs syndicats ont négocié des conventions collectives avec de nouvelles façons de protéger les vies et les droits des travailleurs. Le plus souvent, la négociation s'est faite dans des assemblées virtuelles, en permettant aux membres de débattre et voter sur les propositions à distance, garantissant ainsi la participation, la démocratie et l'isolement social.

Lors d'une récente assemblée virtuelle organisée par les Sindicatos dos metalurgicos do ABC (SMABC), affiliés à la fédération nationale des travailleurs de la métallurgie CNM-CUT, les membres ont voté en faveur d'un accord avec Mercedes-Benz à São Bernardo.

Cet accord garantit que les travailleurs percevront 80 à 100 pour cent de leur salaire pendant deux mois et que tous les 8.400 emplois seront maintenus jusqu'au 31 décembre.

Le Sindicato do metalurgicos do Soracaba (également affilié à la CNM-CUT) a tenu de nombreuses assemblées virtuelles qui ont approuvé des conventions collectives garantissant les salaires et les prestations en plus de la stabilité de l'emploi dans des entreprises telles que Bosch, Toyota, Emerson et Schaeffler. À titre d'exemple, les travailleurs de Schaeffler ont accepté une diminution du temps de travail et des salaires pendant 90 jours et une suspension des contrats pendant 60 jours. Par ces deux mesures, l'emploi est garanti jusqu'au 30 novembre.