• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Photo: Birlesik Metal-Is

Photo. Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is

Photo: Birlesik Metal-Is Photo: Birlesik Metal-Is Photo: Birlesik Metal-Is Photo: Birlesik Metal-Is Photo: Birlesik Metal-Is

Turquie: Renault licencie des travailleurs en recourant à la violence policière au lieu de tenir ses engagements

02.03.2016

Des affrontements violents ont eu lieu ces derniers jours entre la police et des travailleurs et travailleuses mis à pied qui manifestaient pacifiquement pour retrouver leurs emplois et avoir le droit de se syndiquer à l’usine turque Oyak du constructeur automobile Renault dans la ville de Bursa.  

À la suite d’un accord conclu le 4 février entre IndustriALL Global Union, son affilié turc Birlesik Metal-Is représentant la grande majorité des travailleurs et travailleuses à l’usine Oyak, et la direction de Renault, les salariés de l’usine devaient organiser des élections sur la représentation ouvrière le 29 février.

L’accord, qui portait également sur la composition et les fonctions d’un Comité de dialogue social, était le résultat des discussions sur la représentation des salariés et le droit d’organiser des élections.

D’une manière provocatrice, la direction de Renault a annulé les élections, quelques jours seulement avant leur tenue, en prenant prétexte de pressions reçues du ministère du Travail et de la Sécurité sociale de Turquie qui considérait les élections comme étant illégales. En outre, le géant de la construction automobile a mis à pied immédiatement dix travailleurs, parmi lesquels deux délégués du personnel.

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a dit qu’il s’agissait d’un manque total de respect des travailleurs et travailleuses et du syndicat qui les représente:
“Il s’agit d’une véritable provocation du fait que le législation turque ne contient aucune disposition pour empêcher la tenue d’élections sur le lieu de travail.”

L’escalade du conflit s’est poursuivie avec la décision de la direction de l’usine Oyak de mettre à pied des membres du personnel; plus de 60 personnes ont perdu leur emploi avec en plus 100 autres ont été priées de partir avec des indemnités de licenciement.

La direction locale de l’usine a demandé à la police d’intervenir contre les personnes qui manifestaient pacifiquement, et de se livrer à des actes d’intimidation au domicile des travailleurs et travailleuses, et au début et à la fin de leur travail posté. Selon certains rapports, la police a arrêté, le 2 mars, 21 personnes à la fin du travail de l’équipe postée de nuit.

Raina poursuit:
“La violence à l’encontre des travailleurs et travailleuses ne sera jamais acceptée et doit cesser immédiatement. Le gouvernement turc échoue de nouveau quand on en vient à l’exercice des droits fondamentaux.”

“Nous demandons instamment à Renault de mettre en œuvre les accords réalisés ensemble au cours des derniers mois, de réintégrer les membres du personnel mis à pied et d’organiser des

élections libres à l’usine Oyak en accord avec leurs engagements.”

IndustriALL a conclu un accord-cadre mondial (ACM) avec le groupe Renault, qui consolide les engagements pris par l’entreprise dans le cadre des normes de travail de l’OIT, notamment en matière de liberté et de neutralité syndicales, et qui contient un certain nombre d’améliorations majeures concernant notamment les compétences, la formation, la santé et la sécurité, et la diversité.

Raina conclut:
“Les récents évènements et le manque d’action de Renault sont en contradiction directe avec l’ACM, et nous demandons à l’entreprise de respecter l’accord. Si la situation se poursuivait comme c’est le cas aujourd’hui, les conséquences pour Renault seraient encore plus grandes, avec le démantèlement de 20 ans de construction du dialogue social au niveau international.”