Jump to main content
IndustriALL logotype
Article placeholder image

Un lock-out de six mois au Québec prend fin par un accord

Read this article in:

6 July, 2012Les membres de la section 9490 de United Steelworkers (USW) ont ratifié une nouvelle convention collective avec Rio Tinto Alcan à Alma, Québec, après six mois de lock-out.

IndustriALL salue les membres de la section 9490 de l’USW pour avoir tenu bon contre le conglomérat multinational, et s’être battu pour assurer leur avenir à Alma et faire obstacle aux efforts de la direction pour remplacer les salariés partant à la retraite par une main-d’œuvre sous contrat à court terme et non syndiquée avec un salaire inférieur de moitié et sans retraite ou prestations. Les sidérurgistes de Alma ont fait campagne en affirmant qu’ils se battront “un jour de plus” que l’entreprise, en se déplaçant pour confronter l’entreprise en Europe, en Australie, en Afrique, et dans d’autres endroits, en tenant bon au cours de nombreuses rencontres pour négocier.

L’accord a été conclu lors d’une nouvelle série de pourparlers intenses qui a débuté le 13 juin, sous la médiation de Jean Poirier, ministre du Travail. La nouvelle convention collective des salariés, employés à la fonderie d’aluminium, restera en vigueur jusqu’à la fin de 2015. Une gestion stricte du travail en sous-traitance sera assurée et se limitera à la durée de l’accord.

"Nous avons été forcés d’affronter la troisième plus importante société minière au monde, et nous avons gagné", a déclaré le président de l’USW Leo Gerard. "Beaucoup pensaient que c’était une tâche impossible, étant donné le déséquilibre des forces, mais nous avons envoyé un message aux industries du secteur primaire du monde entier pour que les travailleurs et travailleuses et leurs syndicats puissent obliger une énorme entreprise multinationale de mettre fin à ses demandes injustes".

Le coût du lock-out pour l'entreprise dans la région a été estimé à 2 millions de CAD par semaine, en incluant l'accord controversé selon lequel Hydro-Québec rachète à l'entreprise l'électricité non utilisée durant le lock-out.

Rio Tinto a mis en colère les syndicalistes du monde entier en raison de la brutalité des dispositions sociales des filiales de Rio Tinto Alcan au Québec central. Plus de 50 syndicats du monde entier ont pris part à l'action engagée pour soutenir la campagne de l’USW “Off the Podium”visant à faire descendre du podium Rio Tinto, en raison du fait que l'entreprise fournit le métal servant à fabriquer les médailles décernées aux jeux olympiques de Londres.

Et plus de 100 syndicats de mineurs affiliés à IndustriALL ont pris pour cible Rio Tinto à la conférence mondiale sur l'industrie minière qui a eu pour résultat d'établir une campagne mondiale à long terme, lancée la semaine dernière par le secrétaire général de IndustriALL Jyrki Raina.

“Nous sommes satisfaits de voir que le bon sens a prévalu à Alma, mais Rio Tinto doit maintenant étendre ce bon sens à toutes ses activités menées dans le monde. Rio Tinto a appris à Alma qu'il est impossible d'imposer unilatéralement des réductions de conditions de travail et d'accroître encore plus ses bénéfices au détriment des travailleurs et travailleuses. Notre campagne mondiale contre Rio Tinto va se poursuivre, en exigeant de sa part une amélioration de sa conduite d'entreprise pour obtenir une bonne citoyenneté mondiale”, a affirmé Raina.

"L’USW continuera de travailler avec les syndicats du monde entier pour exiger que Rio Tinto respecte les droits des travailleurs et travailleuses, les droits de la personne et l’environnement" a déclaré Ken Neumann, directeur national canadien de l’USW. "Nous savons qu'il y aura de nouvelles attaques de Rio Tinto contre les syndicats et les communautés. Les Steelworkers seront présents pour aider à résister aux assauts de Rio Tinto".

Voir les lettres de 60 organisations de 30 pays condamnant la décision de lier Rio Tinto aux jeux olympiques, ici - http://www.industriall-union.org/issues/confronting-global-capital/multinational-companies-mncs/rio-tinto