• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Les affiliés d’IndustriALL au Chili mobilisent en faveur de la ratification de la C176

Les affiliés d’IndustriALL au Chili mobilisent en faveur de la ratification de la C176

Les affiliés d’IndustriALL au Chili mobilisent en faveur de la ratification de la C176

Un nouvel accident minier au Chili illustre le besoin de ratifier la C176 de l’OIT

01.11.2016

Un nouvel accident minier fatal au Chili souligne le besoin pour le gouvernement de ratifier la Convention 176 de l’OIT sur la sécurité et la santé dans les mines.

Un homme de 22 ans est décédé ce 21 octobre alors qu’il effectuait des travaux de maintenance à la mine La Escondida. Ce mineur était employé par un sous-traitant de cette mine qui appartient à BHP Billiton et Rio Tinto.

Rudy Henry Ortiz Martínez n’était pas le premier mineur à perdre la vie cette année. Les chiffres publiés par le Ministère des Mines et le Service géologique et minier national du Chili (SERNAGEOMIN) montrent que six accidents miniers survenus dans le pays ont conduit à des décès au cours des six premiers mois de 2016. Un mineur de la mine El Abra dans la région d’Antofagasta a été tué en août.

Selon SERNAGEOMIN, une moyenne annuelle de 29 accidents impliquant des décès se produisent au Chili au niveau du secteur minier, qui est la principale industrie du pays. 2012 a vu le chiffre le plus bas, 22, alors qu’un nombre effarant de 41 personnes ont été tuées en 2010.

La Convention 176 de l’OIT sur la sécurité et la santé dans les mines existe depuis plus de 20 ans. Adoptée en 1995, la C176 fournit aux pays un cadre pour créer un environnement de travail sûr, en fixant des obligations aux entreprises, et donne des droits aux travailleurs.

Cependant, à ce stade, seuls 31 pays ont ratifié la C176. Certains pays parmi ceux ayant les pires bilans en matière de sécurité, dont le Pakistan, la Chine et le Chili, doivent toujours ratifier la convention.

IndustriALL Global Union mène une campagne pour encourager les pays à ratifier la C176. Cette Convention établit un cadre légal et d’inspection pour promouvoir la sécurité dans les mines et un environnement de travail digne. Elle donne aussi aux travailleurs le droit d’élire des représentants indépendants en matière de sécurité et le droit de refuser les tâches dangereuses.

Les syndicats affiliés à IndustriALL au Chili se sont joints à la campagne. Ce 7 octobre, IndustriALL Chile CONSTRAMET a écrit à la Ministre du Travail, Ximena Rincón, pour lui demander de ratifier la C176, de sorte à mettre fin à la série d’accidents qui se sont produits à la mine Abra, chez Transnational Freeport-MCMoran, à la mine Chuquicamata de CODELCO Chile, chez ORICA Explosives et d’autres encore.

Le syndicat et la Fédération des superviseurs de CODELCO ont rencontré le Sous-Secrétaire aux Mines et tous sont convenus de tenir une nouvelle réunion le jeudi 27 octobre entre les syndicats des mines et le département du bien-être social (responsable de l’application des législations en matière de santé et sécurité). Ils vont discuter de la manière dont le gouvernement pourrait reprendre ses démarches pour tenter d’obtenir l’approbation du parlement pour la ratification de la C176.

Jorge Almeida, Secrétaire régional d’IndustriALL pour l’Amérique latine et les Caraïbes a déclaré :

IndustriALL Global Union est d’avis que cette nouvelle affaire d’homicide industriel fait qu’il est impossible de comprendre l’échec du gouvernement à faire adopter la C176 de l’OIT. Les travailleurs ont le devoir et le droit de participer à la réalisation de conditions et de lieux de travail sûrs, car pour eux, c’est une question de vie ou de mort.

Les employeurs ont la responsabilité de fournir des conditions et des lieux de travail sûrs, de sorte à ce que les travailleurs et travailleuses n’aient pas à perdre la vie sur les lieux mêmes où ils viennent pour la gagner.