• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Un rapport critique vertement le modèle commercial d’Apple

04.11.2015

Au moment où Apple annonce une année record avec un chiffre d'affaire atteignant 234 milliards d’USD pour l’exercice 2015, GoodElectronics et le Centre de recherche sur les entreprises multinationales (SOMO) publie un rapport critique sur les pratiques commerciales de l’entreprise.

Le rapport, “Rich corporations, poor societies: The financialisation of Apple” (Entreprises riches, sociétés pauvres: La financiarisation d’Apple) a été publié le 27 octobre, le jour même où Apple annonçait ses résultats. Il critique fortement la multinationale pour chercher continuellement à optimaliser la rentabilité financière de ses énormes bénéfices sans réinvestir dans la production.

Le rapport signale qu’Apple réduit le plus possible ses coûts par une extra territorialisation acharnée de sa production dans des pays à bas salaires et dans des paradis fiscaux. Il a également trouvé qu’Apple mène de plus en plus des activités en tant qu’investisseur institutionnel, en plaçant une part très importante de ses bénéfices sur les marchés financiers.

La stratégie d’entreprise d’Apple n’est pas unique, note le rapport. Un nombre de plus en plus grand d’entreprises multinationales adoptent le même modèle, qui ne bénéficie à personne sinon à un groupe réduit de dirigeants d’entreprises et d’actionnaires. Ce modèle renforce l’expansion du chômage, l’augmentation de l’endettement, l’inégalité et l’austérité budgétaire en Europe, tout en favorisant les emplois précaires et mal payés dans les pays du Sud, pris globalement.

“Alors qu’Apple a bénéficié massivement d’investissements publics, de gouvernements et de contribuables du monde entier, les retours ont été étonnamment faibles sous forme d’investissements publics (financés par l’impôt sur les bénéfices des entreprises) et les revenus des riches d’Apple,” selon le rapport.

Le rapport affirme qu’un changement de modèle commercial est possible si les gouvernements promulguent et appliquent des règles garantissant que les entreprises multinationales:

  • paient leur juste part d’impôt
  • versent des salaires décents
  • investissent leur réserve de liquidités dans des actifs productifs plutôt que financiers

Le rapport conclut que ces changements bénéficieront aussi aux entreprises multinationales comme Apple et à leurs actionnaires en apportant une contribution à une société forte et viable qui fournira à Apple une main-d’œuvre capable de fabriquer et des consommateurs capables d’acheter ses produits dans les années à venir.

Le rapport se trouve sur le site internet de GoodElectronics http://goodelectronics.org/publications-en/Publication_4246/

Une courte introduction vidéo se trouve également sur https://vimeo.com/143721806

SOMO est un bureau néerlandais à but non lucratif de recherche et de conseils, spécialisé dans des enquêtes sur la politique des entreprises multinationales. GoodElectronics réunit des réseaux, des organisations et des personnes concernés par les droits de la personne, notamment les droits du travail. Les deux sont des organisations partenaires de IndustriALL Global Union.