• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
The explosion at the Gadani yard

Explosion sur le chantier de Gadani

Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité

Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité

Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité

Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité

The explosion at the Gadani yard Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité Manifestation de ce dimanche à Karachi pour la santé et la sécurité

Une explosion sur un chantier de démolition de navires au Pakistan fait 16 morts

01.11.2016

16 travailleurs ont été tués et 47 blessés dans une terrible explosion sur le chantier de démolition de navires de Gadani, au Pakistan, ce matin.

Selon les premières informations reçues par l’affilié d’IndustriALL Global Union, la Fédération nationale des syndicats du Pakistan (NTUF), l’explosion sur le chantier n° 56 a tué 16 travailleurs et en a blessé au moins 47 autres. On craint que le bilan des morts ne s’alourdisse, car de nombreux travailleurs sont grièvement blessés et environ 170 autres étaient toujours prisonniers de l’épave.

Selon les témoignages, l’explosion se serait produite alors que des travailleurs découpaient le pétrolier. Il n’y avait pas sur le chantier d’équipes de pompiers pour contenir un incendie, ni aucun moyen de lutte contre le feu. Le pire cauchemar pour un démolisseur de navires s’est réalisé à l’occasion de cet accident meurtrier. La NTUF a décrété, à l’issue d’une réunion d’urgence tenue au chantier de Gadani, trois jours de deuil et une grève sur tous les chantiers à dater de ce jour.

Ce dimanche 30 octobre, les travailleurs des chantiers de démolition de navires de Gadani tenaient justement une manifestation devant le Club de la Presse de Karachi pour exiger du gouvernement qu’il adopte une nouvelle législation dans la lignée de la Convention internationale de Hong Kong pour le recyclage sûr et écologiquement rationnel des navires. La NTUF avait organisé ce mouvement de protestation pour mettre en lumière les mauvaises conditions de travail, en particulier l’absence de mesures de santé et de sécurité, sur les chantiers de démolition de navires de Gadani.

Plus de 20.000 travailleurs employés directement ou indirectement dans le secteur de la démolition des navires dans la région de Gadani sont privés de leurs droits élémentaires et continuent à travailler dans des conditions précaires et dangereuses. La majorité des travailleurs des chantiers de Gadani sont dépourvus de couverture sociale et ne sont pas enregistrés auprès des autorités gouvernementales compétentes. En dépit de longues périodes de travail, les travailleurs des chantiers de démolition de navires de Gadani sont dépourvus du droit de former des syndicats et d’agir pour négocier collectivement.

En l’absence de mise en œuvre de réglementations du travail et avec de mauvaises conditions de santé et sécurité, comme le démontre la présente explosion, les accidents sur le lieu de travail sont devenus la routine, conduisant pour les travailleurs à des décès et des blessures graves. Bien que les accidents sont fréquents, il n’y a pas de structure hospitalière sur le chantier de démolition de navires de Gadani pour fournir un traitement médical d’urgence. Les travailleurs ont soulevé l’absence d’un service d’ambulance à de nombreuses reprises.

Kan Matsuzaki, Directeur d’IndustriALL pour la construction navale et la démolition des navires, déclare :

“Nous déplorons ce terrible homicide industriel et portons le deuil des victimes avec leurs familles et leurs amis.

“Nous allons renforcer noter campagne et nos actions pour combattre les inacceptables conditions de santé et de sécurité à Gadani. Le gouvernement doit prendre immédiatement des mesures pratiques pour protéger les vies humaines sur les chantiers ainsi que les droits fondamentaux des travailleurs.”

L’explosion meurtrière de Gadani révèle une fois encore combien la vie des démolisseurs de navires est quotidiennement en péril. IndustriALL soutient les revendications des travailleurs : le gouvernement pakistanais doit immédiatement ratifier la Convention de Hong Kong et prendre des mesures pour adopter une législation conforme à cette Convention.