• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Bangladesh : les travailleurs doivent continuer à attendre une indemnisation complète

12.09.2013

Onze marques rejoignent les discussions sur l’indemnisation des victimes des catastrophes dans les usines au Bangladesh. Les autres marques tournent le dos aux souffrances des travailleurs. Accord sur le paiement de quelques avances.

Onze des marques et détaillants se fournissant auprès des usines impliquées dans les catastrophes de Tazreen et Rana Plaza se sont jointes les 11 et 12 septembre à Genève aux discussions à haut niveau sur les indemnisations qui se tiennent sous les auspices de l’OIT qui en assure la présidence impartiale. De nombreuses autres compagnies importantes ont négligé de s’y rendre, montrant par là un mépris total pour les 1.900 travailleurs blessés et les familles des plus de 1.200 travailleurs qui ont perdu la vie en fabriquant leurs produits.

La Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL Global Union Monika Kemperle a déclaré : « les consommateurs seront choqués d’apprendre que près de six mois se sont écoulés depuis la catastrophe de Rana Plaza et qu’une seule des marques concernées a jusqu’ici fourni l’une ou l’autre forme d’indemnisation aux victimes de la catastrophe. Je respecte les firmes qui sont venues à ces réunions. Mais je ne peux pas comprendre celles qui ne sont pas autour de la table. »

S’agissant de Rana Plaza, sur un total de 29 firmes invitées, les 9 suivantes ont montré leur bonne foi en participant à la réunion : Bon Marché, Camaieu, El Corte Ingles, Kik, Loblaw, Mascot, Matalan, Primark et Store Twenty One.

Vingt autres entreprises, toutes invitées, ont négligé de s’y présenter : Aduler, Auchan, Benetton, C&A, Carrefour, Cato Corp, The Children’s Place, Dressbarn, Essenza, FTA International, Gueldenpfennig, Iconix Brand, Inditex, JC Penney, Kids Fashion Group, LPP, Mango, Manifattura Corona, NKD, Premier Clothing, PWT Group, Texman et Walmart.

IndustriALL, la Campagne Clean Cloches (CCC) et le Workers Rights Consortium (Consortium pour les droits des travailleurs – WRC) ont proposé un modèle pour l’indemnisation qui a été utilisé par des marques et des détaillants lors de catastrophes précédentes dans des usines du Bangladesh. Ce modèle comprend une somme pour les dommages physiques et la perte de revenu. Pour Rana Plaza, US$ 74.571.101 seraient nécessaires pour fournir une indemnisation complète à tous les travailleurs, dont US$ 33.556.996 sont demandés comme contribution aux marques concernées. Pour Tazreen US$ 6.442.000 sont nécessaires, dont US$ 2.899000 sont demandés aux différentes marques.

Des experts internationaux ont présentés les meilleurs pratiques existantes pour la mise en place d’un fond d’indemnisation, soumis au contrôle d’une commission regroupant toutes les parties prenantes, qui serait créé par le biais d’une convention passée entre toutes les parties impliquées. Aucun accord de ce type n’a été conclu lors de la réunion, bien que les firmes présentes se soient engagées à poursuivre les discussions sur le sujet.

IndustriALL, la CCC et le WRC sont partisans de la création d’un tel fond et encouragent toutes les parties à s’assurer de sa mise sur pied dans les meilleurs délais.

Le Représentant Permanent du Bangladesh auprès des Nations Unies à Genève, Md. Abdul Hannan a également pris la parole lors de la réunion.

Les travailleurs et les familles des victimes bangladais qui espéraient une aide immédiate seront déçus. Les engagements des marques se limitaient après deux journées à :

  1. Une nouvelle rencontre dans les deux prochaines semaines pour partager des informations et des outils, échanger des points de vue et envisager de nouvelles étapes.
  2. Contribuer financièrement à un fond destiné à venir en aide aux travailleurs blessés et aux familles des victimes et à faire avancer rapidement le processus de mise en place du fond. Un comité de coordination a été créé pour faire avancer le processus par le biais d’un forum regroupant les différentes parties prenantes et qui serait ouvert au gouvernement et aux employeurs bangladais ainsi qu'aux marques et détaillants, syndicats et ONG.
  3. Poursuivre le travail coordonné, en se basant sur l’aide initiale déjà apportée par le détaillant britannique Primak aux victimes. Primark a mis à disposition son infrastructure bancaire sur place au Bangladesh en vue de distribuer toute somme qui serait rendue disponible en urgence.

Directement après la réunion, Primark s’est engagé à octroyer trois mois de salaire supplémentaires à toutes les familles affectées en guise d’aide d’urgence. Malheureusement, aucune autre marque ni détaillant présents à la réunion n’a pris l’engagement de fournir une aide d'urgence du même ordre.

ZM Kamrul Anam, du Conseil des affiliés d’IndustriALL du Bangladesh a appelé les marques à agir promptement :

« Nous sommes reconnaissants à Primark d’avoir déjà fait un paiement de trois mois de salaire aux blessés et aux familles des victimes. Mais quand je rentrai au Bangladesh, on va me demander ce qui a été décidé d’autre ici. Ces familles ont besoin de nourriture, de médicaments et de logements. J’invite toutes les marques et détaillants à s’aligner sur cette mesure de trois mois de salaire en faveur de ceux qui ont des besoins urgents. Il faudra un certain temps pour mettre en place une solution durable, mais un versement immédiat pour venir en aide à ces familles doit être fait maintenant. »

Lors de la réunion sur l'indemnisation pour Tazreen qui s’est tenue la veille, C&A a mis sur la table son initiative d’indemnisation substantielle pour les victimes et a fait la démonstration de la poursuite de son engagement à trouver une solution définitive. Karl Rieker, également présent, a aussi indiqué une volonté d’y contribuer et a été salué pour sa participation positive aux discussions sur Tazreen.

Parmi les marques et détaillants invités à participer au processus sur Tazreen, les entreprises suivantes ont négligé de se présenter à la réunion du 11 septembre : Delta Apparel, Dickies, Disney, El Corte Inglés, Edinburgh Woolen Mill, Kik, Li & Fung, Piazza Italia, Sean John, Sears, Teddy Smith et Walmart.

La Secrétaire générale adjointe d'IndustriALL Global Union Monika Kemperle a déclaré : « L’indifférence affichée par les marques absentes par rapport à la souffrance des travailleurs du Bangladesh dont les vies ont été détruites lors des accidents évitables de Tazreen et Rana Plaza choque au plus haut point. Les mulinationales occidentales ont multiplié les vaines promesses et les contrevérités depuis l'incendie de Tazreen et l’effondrement à Rana Plaza afin d’éviter de débourser des sommes qui représentent une fraction infime de leur chiffre d’affaire.

Le Secrétaire général d'UNI Philip Jennings a déclaré : « Walmart est le plus grand détaillant du monde et l’un des plus gros acheteur au Bangladesh. Il devrait être aux avant-postes pour prendre ses responsabilités par rapport à sa chaîne approvisionnement mondiale. Une fois encore, Walmart a failli à prendre un engagement vis-à-vis des travailleurs du Bangladesh qui produisent des millions de vêtements vendus partout dans le monde avec un bénéfice considérable. »

Ineke Zeldenrust de la Campagne Clean Clothes a déclaré : « Nous allons continuer à mettre la pression sur les marques qui n'ont pas encore pris d'engagement et nous impliquer activement dans les négociations pour que des fonds suffisants soient mis à disposition pour fournir aux travailleurs et leurs familles une indemnisation à laquelle ils ont droit en vertu des normes internationales. »

Le Directeur exécutif du Consortium pour les droits des travailleurs (WRC) Scott Nova a ajouté : « Il est plus que temps que les victimes de la pire catastrophe industrielle de l’histoire et leurs familles reçoivent l’assistance des marques et détaillants internationaux qui ont profité du labeur de ces travailleurs. Il choquant de constater que non seulement très peu de marques aient pris l’engagement de quelque aide concrète que ce soit, mais qu’en plus la plupart de celles impliquées dans les catastrophes n’aient même pas pris la peine de se présenter pour discuter de l'aide à apporter aux victimes. »

Contacts pour la presse :

Tom Grinter, IndustriALL Global Union : +41796934499

Ineke Zeldenrust, CCC : +31 651280210

Scott Nova, WRC : +1 2023607957

Sam Maher, CCC : +44 751 751 6943