• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Ron Thomas, Président de l’USW chez IOC Labrador, second en partant de la droite, lors d’un rassemblement devant l’AG de Rio Tinto à Londres en avril 2015.

Ron Thomas, Président de l’USW chez IOC Labrador, second en partant de la droite, lors d’un rassemblement devant l’AG de Rio Tinto à Londres en avril 2015.

Canada : l’USW parvient à réduire le nombre de licenciements chez Rio Tinto

16.06.2015

À la suite d’une manifestation en mai, le syndicat de la Compagnie minière IOC, dont l’actionnaire principal est Rio Tinto, est parvenu à faire réduire le nombre de licenciements de 150 à 95.

Dans ce qui est son plan de réduction des effectifs le plus lourd depuis le début des années 90, la Compagnie minière IOC a annoncé en avril qu’elle licenciait 150 travailleurs dans le cadre d’une opération de réduction des coûts. Tous les travailleurs des services de nettoyage devraient partir, laissant aux opérateurs de machines lourdes et aux autres salariés le soin de nettoyer.

Le syndicat affilié d’IndustriALL, les Métallos USW, a appris que 150 de ses membres allaient perdre leur gagne-pain au moment où le géant minier Rio Tinto, actionnaire majoritaire d’IOC, fait des bénéfices records.

Mais à la suite de mouvements de protestation syndicale impliquant un millier de participants, IOC a partiellement revu sa décision et conservera 55 des salariés qui devaient initialement partir.

Ron Thomas, Président de l’USW chez IOC Labrador, salue la nouvelle, car on a toujours besoin de ces travailleurs.

Mais il reste des problèmes chez IOC. En plus des licenciements maintenus, il existe plus de 2.500 litiges en cours. La direction contrevient constamment à la convention collective, ne laissant d’autre choix que les procédures de litige.

Lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires de Rio Tinto à Londres en avril de cette année, le conflit chez IOC a été évoqué à la fois par Ron Thomas et IndustriALL.

Parlant du recours massif de Rio Tinto à la sous-traitance, Ron Thomas avait déclaré :
“Les sous-traitants chez IOC ne sont plus les ouvriers spécialistes d’avant, ils remplacent constamment nos membres.

“Rio Tinto doit traiter nos membres avec respect et les remettre au travail.”

IndustriALL fait campagne pour accroître la présence syndicale dans les usines de Rio Tinto et forcer l’entreprise à reconnaître les droits des travailleurs. Alors que l’entreprise prétend appliquer de bonnes pratiques entrepreneuriales, dans les faits le bilan de Rio Tinto fait état de conflits majeurs avec les syndicats, les communautés locales, les populations indigènes et les autorités.

Kemal Özkan, Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, déclare :
“IndustriALL soutient sans réserve les Métallos USW dans leur lutte chez Rio Tinto au Labrador. Les violations systématiques par Rio Tinto de sa convention collective avec l’USW au Labrador doivent cesser.

Nous exigeons que Rio Tinto adopte une attitude positive par rapport aux relations sociales et négocie de bonne foi avec l’USW pour résoudre ce conflit.