• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Grasberg : 4.220 travailleurs licenciés au moment où la grève se prolonge pour un troisième mois

22.06.2017

IndustriALL prévoit une mission de haut niveau en Indonésie pour intervenir dans ce conflit de plus en plus âpre.

Le conflit qui dure avec PT Freeport Indonesia a maintenant débouché sur le renvoi de 4.220 travailleurs et travailleuses pour fait de grève. Leur mise à pied est intervenue lorsque l’entreprise a estimé que leur participation à la grève équivalait à une “démission volontaire”.

L’affilié d’IndustriALL Global Union présent dans cette mine, le CEMWU SPSI PTFI, Syndicat de la Chimie, de l’Énergie et des Mines a annoncé une deuxième extension de la grève jusqu’au 30 juillet. Les travailleurs et travailleuses ont maintenu leur participation à ce mouvement en dépit de tentatives de la part de l’entreprise de les diviser.

Le syndicat a travaillé d’arrache-pied à la mise en place d’un soutien pour la grève et il a convoqué pour le 10 juillet une conférence de presse avec toutes les confédérations syndicales indonésiennes, ce qui confirme le soutien du mouvement ouvrier du pays aux grévistes.

Le syndicat a obtenu le soutien du gouvernement régional au sein de la Chambre des Représentants de Papouasie. Le Gouverneur de Papouasie a publiquement appelé Freeport à réintégrer les grévistes. Le gouvernement local a essayé de résoudre la question en convoquant des réunions de conciliation. Freeport a négligé de répondre à deux demandes de rencontre et ne s’est pas présenté à une réunion tenue le mardi 20 juin. Une troisième invitation va être lancée.

IndustriALL prévoit une mission de haut niveau en Indonésie début août, qui sera accompagnée d’une délégation de solidarité d’affiliés des secteurs des mines et des métaux de base. La délégation s’efforcera de rencontrer les représentants du gouvernement, le gouvernement régional, l’entreprise, les syndicats et les groupements des communautés locales afin de trouver une issue à ce conflit ravageur.

La mission se penchera également sur le conflit connexe chez PT Smelting, en partie propriété de Freeport, qui mène des activités en aval et où plus de 300 travailleurs et travailleuses ont été mis à pied.

IndustriALL poursuit une campagne avec LabourStart, qui appelle le gouvernement indonésien à prendre une position ferme contre le licenciement des travailleurs par Freeport pour avoir mené une action de grève légitime. L’Indonésie a ratifié les conventions fondamentales de l’OIT et les actions de Freeport sont en contravention avec les normes du travail indonésiennes.

IndustriALL a rencontré des représentants du gouvernement indonésien pendant la Conférence internationale du Travail à Genève, en juin. S’exprimant lors de la CIT, le Secrétaire général adjoint Kemal Özkan a déclaré :

“Nous en appelons au gouvernement d’Indonésie pour qu’il intervienne au sein de la mine de Grasberg pour prévenir une catastrophe sociale au sein des communautés locales, qui serait la conséquence du licenciement illégal de ces plus de quatre mille travailleurs et travailleuses.

“Le gouvernement d’Indonésie doit intervenir pour défendre les droits fondamentaux des travailleurs et pour prévenir toute violence qui pourrait surgir en réaction à la posture inhumaine et intransigeante prise par PT Freeport Indonesia.”

IndustriALL est convaincue que l’entreprise utilise ce conflit comme tactique de négociation avec le gouvernement qui a exigé une participation de 51% dans les activités. L’entreprise essaie également de briser le syndicat et de précariser la main d’œuvre. On s’attend à ce que Freeport, lorsque la production augmentera, tente de remplacer la main d’œuvre mise à pied par des sous-traitants.