• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Des protestataires demandent l’arrêt des méthodes commerciales non viables de Rio Tinto, Le Cap, février 2014.

Des protestataires demandent l’arrêt des méthodes commerciales non viables de Rio Tinto, Le Cap, février 2014.

Il est temps pour Rio Tinto de mettre fin au silence total sur les décès chez Grasberg

31.10.2014

IndustriALL Global Union demande à Rio Tinto de dire publiquement ce que l’entreprise a décidé de faire pour mettre fin à la série d’accidents mortels à la mine Grasberg en Indonésie. La mine fait maintenant face à une grève contre les mauvaises conditions de sécurité.

L’affilié indonésien de IndustriALL, CEMWU, a annoncé le début d’une grève d’un mois à la mine, le 6 novembre, du fait que la direction de la mine ne se sent pas responsable des décès. Cinq mineurs sont morts en septembre à la mine de cuivre et d’or. Cela porte à 38 le nombre stupéfiant de travailleurs tués à la mine ces deux dernières années.

Rio Tinto a investi plus d’un milliard de dollars dans la mine Grasberg et l’entreprise est présente dans ses comités opérationnel, technique et de développement durable. La mine est détenue en majorité par Freeport.

“ Rio Tinto n’a fait aucune déclaration publique après les deux accidents mortels survenus à la mine Grasberg. Il s’agit d’une situation inacceptable pour une entreprise qui affirme faire tout ce qu’elle peut pour assurer la sécurité de son personnel,” dit Kemal Özkan, secrétaire général adjoint de IndustriALL.

Il semblerait que le mutisme de l’entreprise soit une tentative de cacher son nom dans les articles parus dans la presse sur les victimes. Mais il est temps pour Rio Tinto de reconnaître son échec et de parler ouvertement de ce que l’entreprise va faire pour s’assurer que ces catastrophes ne se renouvellent plus.

IndustriALL a exprimé à de nombreuses reprises auprès de Rio Tinto son inquiétude en matière de sécurité dans le travail après l’effondrement dans une galerie qui avait tué 28 travailleurs à Grasberg en mai 2013.

“Rio Tinto nous a affirmé en privé que c’est Freeport et non Rio Tinto qui assure la gestion de l’activité à Grasberg, mais que l’entreprise aide maintenant Freeport à améliorer la sécurité. Toutefois, étant donné l’énorme participation de Rio Tinto dans la mine, il est simplement peu crédible de nier toute responsabilité dans les décès,” affirme Özkan.

“Et pourquoi devrions croire que Rio Tinto allait soudainement améliorer la sécurité dans la mine, après y avoir réalisé des investissements pendant près de 20 ans? Ce n’est pas étonnant que Rio Tinto ait évité toute discussion publique sur les décès à Grasberg.”

IndustriALL n’est pas la première organisation à considérer que Rio Tinto porte la responsabilité de méthodes irresponsables à Grasberg. Le fonds de pension public de Norvège a vendu sa participation totale de 850 millions d’USD chez Rio Tinto en 2008 du fait que Grasberg déversait directement d’énormes quantités de déchets dans un réseau fluvial naturel. Le fonds a vendu en 2006 sa participation chez Freeport pour la même raison.

Özkan dit:

Avec l’entassement des corps et l’imminence d’une grève, Rio Tinto doit cesser de se cacher derrière Freeport et avoir un rôle public plus actif pour assurer la sécurité dans le travail chez Grasberg.