• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Lakhan Sahu, Secrétaire chargé du recrutement pour le PCSS, en tête du rassemblement ce 1er juillet 2015

Aperçu du rassemblement

Inde : combattre le travail précaire dans l’industrie du ciment

08.07.2015

Ce 1er juillet, un rassemblement était organisé par le syndicat affilié à IndustriALL “Pragatisheel Cement Shramik Sangh” (Syndicat progressiste des Cimentiers – PCSS), en faveur du redéploiement et de la réinsertion de plus de 1000 travailleurs cimentiers en Inde.

Le PCSS est un syndicat de travailleurs sous-traitants de la Province indienne de Chhattisgarh, qui jouit d’un riche sous-sol. Dans cette province, les géants cimentiers Holcim et Lafarge comptent chacun deux usines et un nombre égal de mines de calcaire captif. Actuellement, l’usine ACC de Jamul, où Holcim a investi des millions de dollars, est en train de connaître une expansion gigantesque pour devenir un site de pointe.

Le PCSS s’est battu au cours des 25 dernières années pour faire appliquer le Barème salarial du Ciment dans les usines d’ACC et d’Ambuja. Ce barème, qui est d’application dans l’ensemble du secteur cimentier en Inde, précise qu’aucun emploi en sous-traitance n’aura lieu d’être dans la production du ciment à l’exception des activités de chargement-déchargement et de conditionnement. Il précise aussi que tous les salariés doivent percevoir le barème prévu, qui représente environ trois fois l’actuel et dérisoire salaire minimum (moins de 4 euros par jour).

Le PCSS a non seulement lutté dans la rue et au sein des tribunaux pour obtenir quelques jugements en sa faveur, mais il a aussi une vigoureuse tradition démocratique de soutien populaire et entretient des relations étroites avec les familles des travailleurs.

Le PCSS soulève la question des femmes de la classe ouvrière ainsi que celle des communautés rurales concernées. Le syndicat a réclamé des emplois permanents pour les fermiers qui ont perdu leurs terres au profit des usines cimentières, combattu les effets des tirs de mines à proximité des villages et aussi l’empiétement des usines cimentières sur des terrains communaux. Le syndicat gère également une école primaire pour les enfants des travailleurs.

En tant qu’affilié d’IndustriALL, le PCSS a eu l’opportunité de soulever la question des travailleurs en sous-traitance d’Holcim et des communautés locales affectées auprès du Point de Contact national suisse pour l’OCDE à Berne, par le biais d’une plaine pour infraction aux Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales. Malheureusement, en pratique l’attitude d’Holcim continue à être arrogante. Aujourd’hui, le combat le plus important du PCSS est la question du redéploiement et de la réinsertion de plus de 1000 travailleurs sous-traitants qui étaient occupés depuis des décennies par l’ancienne usine ACC Jamul et qui ont obtenu en leur faveur des décisions de justice ordonnant leur régularisation, alors que ces mêmes travailleurs sont maintenant confrontés à la menace d’un licenciement dans le cadre de la nouvelle expansion de l’usine.

“Le travail précaire est pour l’heure l’un des plus grands défis auxquels les syndicats sont confrontés. Sans sécurité d’emploi pour les travailleurs, la société ne peut pas progresser. IndustriALL est engagé à combattre la précarité et est aux côtés du PCSS dans son combat,” a indiqué Apoorva Kaiwar, Secrétaire régional d’IndustriALL pour l’Asie du Sud.