• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Manifestation contre la mort des travailleurs à l’usine métallurgique de Gerdau, à Andhra Pradesh.

Inde: mort de six travailleurs à l’usine métallurgique Gerdau

13.07.2018

Six travailleurs sont morts et trois autres sont sous traitement après avoir inhalé du gaz lors d’une fuite survenue, le 12 juillet, à l’usine métallurgique Gerdau, située à Tadipatri, dans le district d’Anantapur, dans l’Etat indien de l’Andra Pradesh. 

La fuite accidentelle de gaz toxique est survenue le 12 juillet, aux alentours de 17 heures. Alors qu’ils nettoyaient un tunnel, des travailleurs ont perdu connaissance. Venus les secourir, deux autres travailleurs se sont également évanouis. Toutes les victimes ont été transportées à l’hôpital. Deux travailleurs sont morts en chemin alors que quatre autres sont décédés à l’hôpital. Trois travailleurs suivraient un traitement médical.   

Les travailleurs décédés sont: Manoj Kumar (24 ans), B. Ranganath (21 ans), S. M. Wasim Basha (26 ans), K. Siva Maddileti (26 ans), K. Yugandhar (37 ans) et G. Guruvaiah (45 ans). Seuls deux d’entre eux étaient des travailleurs permanents; les quatre autres étaient sous-traités ou en apprentissage. Plusieurs venaient de se marier ou laissent derrière eux des enfants en bas âge.  

Les autorités locales, qui enquêtent sur les circonstances de l’accident, devraient présenter leur rapport dans quelques jours. Selon les rapports préliminaires, la fuite de monoxyde de carbone dans le tunnel serait survenue alors que le gaz était utilisé pour réchauffer suite à des travaux de maintenance. Les autorités locales auraient annoncé que les indemnités qui seront versées aux familles des travailleurs décédés seront calculées en fonction de leur expérience professionnelle. Etant donné que quatre des victimes étaient des travailleurs précaires, l’indemnisation qui leur sera versée demeure floue. 

L’accident aurait pu être évité si l’usine métallurgique Gerdau, à Tadipatri, appliquait des mesures de sécurité appropriées et faisait l’objet d’inspections de sécurité régulières de la part des autorités gouvernementales. Une manifestation importante a eu lieu dans la région pour exiger que des indemnités appropriées soient versées aux victimes et à leurs familles, et que les responsables de l’accident fassent l’objet de sanctions. L’usine n’a pas de syndicat, la tentative d’en former un quelques années auparavant ayant échoué.  

Gerdau est l’un des plus grands producteurs d’acier dans le monde, dont le bilan en matière de santé et de sécurité est mauvais. En moins d’un an, en 2017, 10 travailleurs ont été tués à l’usine Ouro Branco Gerdau au Brésil. Lors de la réunion du Conseil mondial des travailleurs de Gerdau, en mai 2018, les représentants syndicaux ont mis en évidence les nombreux problèmes auxquels font face les travailleurs à Gerdau, y compris les pratiques antisyndicales exercées par la compagnie. 

Valter Sanches, Secrétaire général d’IndustriALL, a déclaré:

« Gerdau doit renforcer les mesures de santé et de sécurité dans ses usines à travers le monde. Il est inacceptable que des accidents mortels évitables continuent de coûter la vie aux travailleurs à Gerdau. Nous souhaitons exprimer notre solidarité avec les familles qui ont perdu leurs proches et nous exigeons que la direction de Gerdau verse une juste compensation aux familles des victimes. Gerdau ne devrait pas s’efforcer d’empêcher les travailleurs de former un syndicat à son usine, en Inde. La compagnie doit collaborer avec le Conseil mondial des travailleurs de Gerdau pour répondre aux problèmes de santé et de sécurité dans ses usines à travers le monde ».