• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Grévistes à la mine Grasberg de Freeport/Rio Tinto

Indonésie: encore quatre morts à la mine Grasberg de Rio Tinto à Freeport

02.10.2014

IndustriALL Global Union condamne Freeport McMoRan et Rio Tinto pour la perte de quatre nouvelles vies innocentes.

Quatre mineurs ont perdu la vie le 27 septembre 2014 dans un accident survenu dans la mine Grasberg de Freeport McMoRan et de Rio Tinto. Quatre autres mineurs ont été blessés et l’un d’eux est dans un état grave.

Le 1er octobre, le syndicat des travailleurs de la chimie, de l’énergie et des mines (CEMWU) représentant la majorité des travailleurs et travailleuses à la mine Grasberg, a décidé de faire grève et bloqué la route menant à la mine en demandant le châtiment du directeur de l’exploitation minière et la garantie que d’autres accidents mortels ne se produiront plus, ainsi que le versement par l’entreprise d’un soutien financier aux familles des personnes blessées et décédées. À la suite de la grève, la direction a entamé des négociations et accepté les demandes des travailleurs et travailleuses, ce qui a mis fin à la grève.

Le désastre à la mine Grasberg, a donné lieu à des questions sérieuses concernant l’engagement de Freeport McMoRan et de Rio Tinto pour assurer la sécurité dans la mine. Un peu plus tôt, en septembre, un autre travailleur avait été tué par un éboulement dans la mine Grasberg. Ces tragédies ont eu lieu moins de deux ans après la mort de 28 mineurs dans cette mine, un accident considéré comme le pire de tous temps en Indonésie. Un autre accident à la mine Grasberg avait tué 11 mineurs en 2003.

À la suite de l’accident du 14 mai 2013 à la mine Grasberg, IndustriALL Global Union avait envoyé une délégation de haut niveau en Indonésie pour protester contre la mort de mineurs dans des accidents qu’on aurait pu facilement éviter. À la fin de sa mission, la délégation a conclu que l’accident était l’illustration claire du besoin urgent de la ratification de la convention 176 de l’OIT en Indonésie.

Le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, dit,

Nous présentons nos condoléances aux familles des travailleurs qui ont trouvé la mort. Cela n’aurait jamais dû se produire. Combien d’autres vies devront-elles être perdues à Grasberg avant que Freeport McMoRan et Rio Tinto prennent sérieusement en main la sécurité et la santé des mineurs, et procèdent à des investissements dans ces deux domaines? Combien d’autres devront-ils mourir avant que le gouvernement indonésien se décide à ratifier la convention 176 de l’OIT sur la sécurité dans les mines? Je demande maintenant instamment au gouvernement indonésien d’assumer sa pleine responsabilité et d’entreprendre de toute urgence l’élaboration d’un programme de sécurité pour empêcher que d’autres travailleurs ne soient tués et blessés”.

Le ministère de l’Énergie et des Ressources minérales a décidé la fermeture temporaire de la mine pour mener une enquête sur l’accident. Sans préjuger du résultat de l’enquête, IndustriALL Global Union se joint à l’appel de la confédération du SPSI, du Centre national de CEMWU-SPSI et de FSPMI-KSPI pour exiger la ratification de la convention 176 de l’OIT. En outre, IndustriALL Global Union appuie les revendications de nos affiliés dans les domaines suivants:

  1. Exhorter vivement le commandant en chef de la police, le ministère de l’Énergie et des Ressources minérales, de mener une enquête approfondie sur l’accident et de considérer sérieusement les recommandations de la Commission des droits de l’homme sur l’accident du 14 mai 2013 qui préconisent, entre autres, l’application de la loi No 1/1970 sur la sécurité et la santé.
  2. Exiger que les responsables rendent compte de l’accident et soient individuellement et collectivement tenus responsables.

Exhorter vivement la direction de Freeport et de Rio Tinto à s’engager en matière de santé et de sécurité et donner l’assurance que de tels accidents ne se reproduiront plus.