• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs de Ternium au Guatemala veulent la reconnaissance de leurs droits et de leur syndicat.

IndustriALL dépose plainte auprès de l’OCDE contre le producteur d’acier Ternium

14.09.2017

IndustriALL Global Union a saisi l’OCDE d’une plainte contre le producteur multinational d’acier Ternium pour avoir refusé de reconnaître un syndicat et de négocier avec lui au Guatemala.

Sitraternium, qui est affilié à IndustriALL par le biais du syndicat FESTRAS au Guatemala, lutte pour sa reconnaissance par Ternium depuis qu’il a été officiellement enregistré en mars 2012. Les travailleurs se sont regroupés pour se syndiquer après avoir été menacés de licenciement pour avoir fait connaître leur préoccupation face à de longs temps de travail, des bas salaires, l’absence de congés dignes de ce nom et une couverture de soins de santé insuffisante.

Au départ, l’entreprise avait mis dehors l’ensemble des 27 membres fondateurs de Sitraternium mais a ensuite été contrainte par les tribunaux de les réintégrer. L’entreprise a essayé à plusieurs reprises d’empêcher la reconnaissance du syndicat jusqu’à ce que finalement la Cour Suprême du Guatemala confirme la légitimité de Sitraternium en février 2015.

En dépit de cet arrêt et de nombreux appels au dialogue de la part du Ministère du Travail, Ternium continue à braver la loi en refusant de négocier avec le syndicat. Bien que le Ministère exprime sa sympathie au syndicat, il s’est abstenu de sanctionner Ternium pour sa conduite illégale. Le Guatemala est sur la liste des dix pires endroits pour les travailleurs dans l’Indice des droits dans le monde 2017 de la Confédération syndicale internationale.

En février de cette année, un inspecteur du Ministère du Travail a constaté que Ternium avait imposé de manière illicite une politique de dépistage obligatoire de l’alcool et des drogues après que les travailleurs ont été informés qu’ils seraient suspendus s’ils ne participaient pas au dépistage ou renvoyés s’ils étaient positifs. Un jour après que le Ministère a ordonné par écrit à l’entreprise de mettre fin à cette politique, Ternium a renvoyé trois travailleurs qui avaient refusé le dépistage.

Les syndicats appartenant au Conseil mondial des travailleurs de Tenaris Ternium sont abasourdis par la façon dont Sitraternium est traité sachant qu’en règle générale, Ternium et Tenaris entretiennent des relations normales avec les syndicats présents au sein de leur usines des autres pays. Ternium et Tenaris appartiennent au conglomérat Techint.

Ternium, dont le siège se situe au Luxembourg, un pays membre de l’OCDE, est l’une des plus grandes entreprisse sidérurgiques d’Amérique latine avec plus de 19.000 travailleurs occupés dans ses sites de production du Guatemala, du Mexique, d’Argentine, du Brésil et de Colombie ; elle est également présente aux États-Unis.

Le Secrétaire général d’IndustriALL’s, Valter Sanches, a déclaré :

Ternium dit vouloir être leader de la sidérurgie aux Amériques. Il est clair que l’entreprise ne fait pas preuve de leadership dans la façon dont elle traite ses salariés au Guatemala. Ternium a usé de toutes les ficelles possibles pour éviter de négocier avec Sitraternium. En introduisant une plainte auprès de l’OCDE, nous voulons montrer que les droits des travailleurs de Ternium au Guatemala ne peuvent pas continuer à être violés.

La plainte est déposée auprès du Point de contact national de l’OCDE au Luxembourg par IndustriAL, Sitraternium et la branche canadienne de l’affilié nord-américain d’IndustriALL, les Métallos USW.