• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Anciens travailleurs de l’usine Tazreen Fashion, située à Ashulia, au Bangladesh

Anciens travailleurs de l’usine Tazreen Fashion, située à Ashulia, au Bangladesh

Razia, employée à Tazreen Fashion, a cassé son coude après avoir sauté d’une fenêtre pour sauver sa vie. La baraque, dans laquelle elle habitait avec son mari et ses deux enfants, a également été réduite en cendres

Razia, employée à Tazreen Fashion, a cassé son coude après avoir sauté d’une fenêtre pour sauver sa vie. La baraque, dans laquelle elle habitait avec son mari et ses deux enfants, a également été réduite en cendres

L’usine Tazreen Fashion employait plus de 1 600 travailleurs

L’usine Tazreen Fashion employait plus de 1 600 travailleurs

Anciens travailleurs de l’usine Tazreen Fashion, située à Ashulia, au Bangladesh Razia, employée à Tazreen Fashion, a cassé son coude après avoir sauté d’une fenêtre pour sauver sa vie. La baraque, dans laquelle elle habitait avec son mari et ses deux enfants, a également été réduite en cendres L’usine Tazreen Fashion employait plus de 1 600 travailleurs

Justice enfin rendue pour les victimes de l’incendie de Tazreen

07.07.2016

Les paiements des indemnités aux victimes de l’incendie de Tazreen Fashions, au Bangladesh, ont été finalement versés. Plus d’une centaine de personnes ont été tuées et environ 200 autres blessées, le 24 novembre 2012, dans la catastrophe de l’usine de textile située à Ashulia.

Selon le Tazreen Claims Administration Trust (Fonds en fiducie d’administration des demandes d’indemnisation des victimes de Tazreen), 2,17 millions de US$ ont été versés aux familles des 112 personnes tuées et travailleurs disparus, ainsi qu’aux 174 personnes blessées dans l’incendie.

Des travailleurs ont été brûlés vifs, pris au piège derrière des issues de secours verrouillées, tandis que d’autres ont sauté par les fenêtres au péril de leur vie dans l’une des pires catastrophes qui aient frappé l’industrie du textile dans l’histoire récente. Beaucoup souffrent de séquelles, les handicapant dans leurs vies, causées par l’incendie de l’usine qui employait 1 600 travailleurs.

IndustriALL Global Union, qui représente les travailleurs du textile dans le monde, a dirigé les efforts pour obtenir l’indemnisation des victimes. Le Tazreen Claims Administration Trust est né d’un accord initial, signé en novembre 2014, par le détaillant de mode C&A, la Fondation C&A, IndustriALL et la Campagne pour des vêtements propres.

Le Secrétaire général d’IndustriALL, Jyrki Raina, a déclaré :

« Finalement, nous avons obtenu une certaine forme de justice pour les victimes de cette effroyable tragédie. IndustriALL et le syndicat mondial UNI poursuivent, au moyen de l’Accord, leurs efforts pour rendre l’industrie de la confection sûre et durable au Bangladesh et ailleurs dans le monde, et veiller à ce que des catastrophes comme celle de Tazreen ne se reproduisent pas ».

Le processus d’indemnisation est basé sur le mécanisme utilisé pour compenser les milliers de victimes de l’effondrement de l’usine Rana Plaza au Bangladesh, en 2013, dont le calcul des pertes des revenus des travailleurs blessés, décédés et disparus a été fondé sur la Convention n° 121 de l’OIT.

Le Tazreen Claims Administration Trust a estimé qu’un total de 2,5 millions de US$ serait nécessaire pour payer les indemnités et permettre aux travailleurs blessés de bénéficier de soins médicaux à long terme. Cette somme a été versée par la Fondation C&A (à hauteur de 1 000 000 de US$), la Fondation Fung (à hauteur de 1 000 000 de US$), BRAC USA (à hauteur de 250 000 US$), KiK (à hauteur de 150 000 US$) et El Corte Inglés (à hauteur de 100 000 US$).

La Fondation C&A a également couvert les coûts administratifs et les frais de fonctionnement du Fonds séparément, afin que 100 pour cent de l’argent provenant des donateurs soient versés directement aux victimes et à leurs familles.