Jump to main content
IndustriALL logotype

L’Accord doit être maintenu au Bangladesh jusqu’à ce que le gouvernement soit réellement capable d’assurer la sécurité

15 April, 2019La Cour Suprême du Bangladesh a ordonné une nouvelle extension à court terme de l’Accord du Bangladesh, fixant la prochaine audience pour déterminer le sort du programme de sécurité au 19 mai 2019. UNI Global Union et IndustriALL Global Union, deux des signataires de l’Accord, ont publié des communiqués appelant à une solution qui protège les travailleurs et travailleuses de la confection du pays.

La Secrétaire générale adjointe d’IndustriALL Jenny Holdcroft a déclaré : “Il est bon que la Cour a décidé d’accorder davantage de temps aux négociations entre l’Accord et la BGMEA ainsi que le gouvernement. L’Accord ne peut pas cesser ses activités sans une solution qui protège les travailleurs et travailleuses de la confection du Bangladesh, maintenant et à l’avenir.”

“L’Accord du Bangladesh a sauvé des vies et a permis à l’industrie de la confection du pays d’être plus durable,” a déclaré le responsable d’UNI pour le Commerce, Mathias Bolton. “Nous saluons cette extension d’un mois mais le fait demeure qu’il faut permettre à l’Accord de poursuivre ses activités dans le pays jusqu’à ce que le gouvernement soit prêt à réellement reprendre les fonctions de formation, d’inspection et de remédiation de l’Accord. Au stade actuel, clairement, le gouvernement n’a pas cette capacité.”

Une récente étude reprenant les données du gouvernement lui-même a conclu à une “impréparation interpellante” de la part du régulateur bangladais à pouvoir chapeauter l’industrie du prêt-à-porter, qui est le plus grand secteur économique du pays. C’est particulièrement préoccupant parce que les plaintes à l’égard des usines de confection bangladaises ont atteint un record absolu en 2018.

L’audience du 15 avril était la quatrième du genre depuis que le gouvernement du Bangladesh a publié une ordonnance restrictive à l’égard de l’Accord, qui devait prendre effet au 30 novembre.

CONTEXTE

L’Accord du Bangladesh a été signé en 2013 après la catastrophe de l’usine de confection de Rana Plaza. Il représentait le premier accord légalement contraignant qui enjoignait aux enseignes de la confection d’aider leurs sous-traitants à éliminer les problèmes relatifs aux risques d’incendie et de défauts structurels.

Une seconde mouture, l’Accord de Transition de 2018, est entrée en vigueur à l’expiration du pacte d’origine en mai 2018, qui étend la protection de l’Accord jusqu’en 2021.

L’Accord a assuré le suivi d’améliorations qui comprennent l’installation d’issues de secours, de systèmes d’extinction automatique par arrosage et la mise à niveau des installations électriques dans près de 1.700 usines qui produisent des vêtements pour certaines des plus grandes marques du monde.