• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Jyrki Raina, Secrétaire général

Jyrki Raina, Secrétaire général

L’action bat son plein au Bangladesh

25.03.2014

Les nouvelles du Bangladesh sont meilleures: le Fonds fiduciaire du Rana Plaza a fait les premiers versements aux victimes, les inspections de l’Accord progressent rapidement et les syndicats de la confection s’apprêtent à syndiquer des dizaines de milliers de nouveaux membres en 2014.

Depuis septembre 2013, IndustriALL Global Union est engagé dans des négociations menées sous la présidence de l'Organisation internationale du Travail (OIT) avec des partenaires du Bangladesh, des marques mondiales de vêtements et la Campagne vêtements propres, pour proposer un plan complet d’indemnisation pour les familles de 1.100 personnes tuées et 2.500 blessées lors de l’homicide industriel du Rana Plaza le 24 avril 2013.

Finalement, le 18 mars, le Comité de coordination du dit Dispositif du Rana Plaza a pu confirmer que les paiements d'indemnisation par le biais d'un fonds fiduciaire centralisé, administré par l'OIT, commenceront le 24 mars.

Un paiement anticipé de 50.000 BDT (650 USD) sera versé à chacun des 3.600 bénéficiaires avant le 24 avril, date du premier anniversaire de l'homicide industriel. Ces paiements se montent au total à 2 millions d’USD.

L'indemnisation finale sera basée sur l'espérance de vie des travailleuses et travailleurs décédées et sur le degré de gravité du handicap des personnes blessées. Le total des fonds nécessaires est estimé à 40 millions d’USD, conformément à la convention 121 de l'OIT et des bonnes pratiques du pays.

IndustriALL et CCC vont maintenant faire campagne pour que les 28 marques de vêtements et les distributeurs qui s'approvisionnaient au Rana Plaza, paient leur redevance au Fonds fiduciaire d'ici le 24 avril. Certaines entreprises ont déjà assumé leurs responsabilités, et toutes doivent suivre cet exemple pour fournir aux familles meurtries l’indemnisation tant attendue.

Dans le même temps, l’Accord sur les mesures de sécurité qui ont trait aux incendies et aux bâtiments est devenu réalité. Chaque mois 250 inspections sont effectuées par une équipe d'experts embauchés spécialement par l’Accord. D'ici la fin de septembre 2014, plus de 1.500 fabriques auront été inspectées avec des recommandations en matière d'amélioration.

Un élément-clé de l’Accord juridiquement contraignant, qui s’applique à plus de 2 millions de travailleuses et travailleurs, concerne le fait que les marques de vêtements devront avoir négocié avec les propriétaires des fabriques et ateliers la façon de se procurer le financement nécessaire pour effectuer les réparations dans des installations dangereuses. Cela pourra concerner le prix, des investissements conjoints, des prêts, un soutien externe ou des paiements directs.

Il faut s'attendre cependant à des situations difficiles, comme l’ont montré des informations publiées récemment sur deux cas présentant un danger immédiat qui ont été suivis de fermetures temporaires immédiates.

Nous portons l’attention dans une étape suivante sur l'établissement d’une présence syndicale complète dans les fabriques et ateliers de la confection au Bangladesh dans le cadre d'un grand projet de syndicalisation pluriannuel avec nos partenaires.

La situation a déjà commencé à changer dans la réalité, après l’acceptation par le gouvernement, l'année dernière, de faciliter l'enregistrement de nouveaux syndicats locaux. Au cours des 12 derniers mois, les affiliés de IndustriALL ont assuré la syndicalisation de 40.000 travailleuses et travailleurs dans plus de 100 fabriques et ateliers. Nous avons pour ambition de dépasser ces chiffres en 2014.

Toutefois, les nouveaux syndicalistes locaux ont besoin d'une bonne formation pour leur donner la capacité d'agir dans les domaines de la négociation collective, de la santé et la sécurité, et pour résoudre des problèmes. J'invite nos affiliés dans d'autres pays à participer à cet important effort de création de syndicats.

La longue marche vers une industrie de la confection sûre et viable au Bangladesh s’accélère. 

Jyrki Raina
Secrétaire général