• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Présents lors de la récente réunion du Comité mondial paritaire de santé et de sécurité à ArcelorMittal Burns Harbor on retrouve (rangée du bas, en partant de la gauche) : Rony Schatteman, ArcelorMittal Gand ; Osvair Antonio De Oliveira Diniz, CNM/CUT Brésil ; Henri Blaffart, ArcelorMittal ; Steve Thompson, ArcelorMittal USA ; Adam Lee, IndustriALL ; Mike Dwyer, Secteur des mines d’ArcelorMittal ; (rangée centrale, en partant de la gauche) : Bruno Borba, ArcelorMittal Tubarao ; Robin Paulmier, ArcelorMittal ; Sherman Crowder, USW ; Brian Kohler, IndustriALL ; Michael Bach, IG Metall ; (rangée du haut, en partant de la gauche) : Brian Wagner, ArcelorMittal USA ; Tom Hargrove, USW ; Gary Bender, USW et Ludek Lucan

Membres de la section locale de l’USW représentant les travailleurs et travailleuses de l’aciérie ArcelorMittal de Burns Harbor. Avec également des membres du CMPSS et des délégués syndicaux locaux à la sécurité.

À l’intérieur des installations de l’aciérie ArcelorMittal de Burns Harbor aux États-Unis.

Le Comité se réunit pour améliorer la santé et la sécurité chez ArcelorMittal

26.10.2017

Le Comité mondial paritaire de santé et de sécurité (CMPSS) d’ArcelorMittal s’est réuni dans les installations de l’entreprise de Burns Harbor, aux États-Unis ces 2 et 3 octobre derniers pour débattre de la manière d’améliorer les résultats en matière de santé et sécurité au sein de la plus grande entreprise sidérurgique du monde.

IndustriALL Global Union, les Métallos USW, IndustriALL Europe et ArcelorMittal se sont réunis avec pour objectif déterminant de transformer ArcelorMittal en une entreprise à l’abri des accidents mortels, en soutenant les efforts des comités locaux de santé et sécurité. Ce comité a été constitué en 2008 et il reste le seul de son genre au niveau de la sidérurgie mondiale.

Henri Blaffart, soutien exécutif du CMPSS et cadre dirigeant, VPE, directeur des ressources humaines et des services de gestion du groupe ArcelorMittal, a ouvert la réunion par ces mots :

“La responsabilité d’un environnement de travail sûr incombe à la direction et c’est une chose que je prends très au sérieux, non seulement parce que la sécurité et notre principale priorité en tant que groupe, mais aussi parce veiller au bien-être des nôtres est un devoir moral. Garantir un lieu de travail sûr, cependant, est l’affaire de chacun d’entre nous au sein d’ArcelorMittal. C’est pourquoi cette collaboration entre tous les niveaux de direction, nos équipes de santé et sécurité partout dans le monde et les syndicats est si importante.”

Depuis son lancement, le comité a visité 26 aciéries de par le monde pour y rencontrer les comités locaux de santé et sécurité, partager les meilleures pratiques et encourager une coopération forte et harmonieuse. Au cours de ces réunions sur site, le comité se concentre sur la mise en place et le maintien d’un dialogue solide entre syndicats et haute direction.

Parmi les résultats importants de la réunion on relève l’appréciation réciproque de l’importance d’une collaboration entre la direction d’ArcelorMittal et les syndicats pour gérer de manière efficace les questions de santé et sécurité, le besoin d’un dialogue permanent entre les parties pour s’assurer de la cohérence des stratégies de santé et sécurité et la confirmation de l’engagement de chaque organisation à son plus haut niveau vis-à-vis du CMPSS.

Le comité a également entériné l’importance qu’il a d’avoir des enquêtes sur incidents et des indicateurs clés de performance gérés conjointement et a renouvelé son engagement à promouvoir la remontée d’informations et à trouver de meilleurs moyens de soustraire les gens aux risques.

Se tournant vers l’avenir, le CMPSS a proposé trois réunions pour l’année prochaine et a défini sa feuille de route pour 2018, qui prévoit de soutenir et donner des moyens aux comités locaux de santé et sécurité aux fins de s’attaquer aux causes profondes potentiellement à l’origine de décès et de graves blessures par le biais d’un dialogue significatif et de haute qualité.

Brian Kohler d’IndustriaLL a déclaré :  

“Nous considérons la santé et la sécurité professionnelles comme une affaire de droits et de responsabilités. Faire en sorte que celles-ci soient bien comprises et respectées par tous au niveau de l’organisation au sein d’ArcelorMittal contribuera grandement à la prévention des blessures, maladies et décès. Chacun a un rôle à jouer, même si celui-ci n’est pas le même pour tous. C’est pourquoi un bon dialogue entre les parties présentes sur le lieu de travail est essentiel pour identifier et créer les dispositifs nécessaires pour protéger tout un chacun, qu’il soit travailleur, encadrant, sous-traitant ou visiteur, chaque jour au sein d’ArcelorMittal.”

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan, a conclu :

“Nous sommes heureux de voir le comité de santé et sécurité remis sur les rails avec un nouvel engagement de toutes les parties concernées. Cela démontre qu’IndustriALL et ArcelorMittal sont prêts à collaborer sur des problématiques importantes auxquelles travailleurs et travailleuses sont confrontés. Nous sommes impatients de développer l’an prochain un réseau mondial des syndicats d’ArcelorMittal et chercherons à étendre notre collaboration avec ArcelorMittal au plan mondial afin de couvrir un plus large éventail de questions relevant des relations sociales.”