• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Le Secrétaire général adjoint d’IndustriALL, Kemal Özkan (à gauche), en compagnie de Mellal Raouf (à droite) lors d’une réunion d’IndustriALL à Beyrouth en avril 2017.

Le dirigeant syndical algérien fait appel de sa peine de prison

10.05.2017

Le dirigeant syndical algérien et lanceur d’alerte, Mellal Raouf, va se pourvoir ce 11 mai en appel contre sa condamnation à six mois de prison auprès d’un tribunal de Guelma.

Mellal Raouf, qui est Président de l’affilié d’IndustriALL, le syndicat des travailleurs de l’électricité et du gaz SNATEGS, a été condamné par défaut le 16 décembre 2016 à six mois de prison et à une amende de 50.000 dinars algériens (US$455), après avoir été accusé s’être procuré illégalement certains documents. Ceux-ci, qui étaient librement accessibles en ligne, mettaient en lumière l’inflation illicite des factures d’électricité pratiquée par Sonelgaz sur une période de 10 ans et affectant huit millions de consommateurs.

IndustriALL a de nouveau écrit au Président de l’Algérie pour condamner la sentence. "De toute évidence, cette persécution judiciaire est incompatible avec la législation nationale et, en particulier, avec les droits fondamentaux stipulés par l’Organisation internationale du travail” a écrit le Secrétaire général d’IndustriALL, Valter Sanches, qui ajoute : “Nous vous prions de lever immédiatement et inconditionnellement toutes les charges portées contre lui.”

Les travailleurs et travailleuses de Sonelgaz mènent actuellement une grève nationale de trois jours du 9 au 11 mai. Les grévistes revendiquent des libertés syndicales et soutiennent l’appel interjeté par le Président du SNATEGS, Mellal Raouf.

Les dirigeants et adhérents du SNATEGS sont constamment confrontés à du harcèlement physique et à de la persécution, comme le démontre la récente vague d’arrestations, qui a fait suite aux manifestations pacifiques tenues entre le 21 et le 23 mars, au cours de laquelle plus de 240 dirigeants et adhérents du syndicat ont été arrêtés et 30 femmes agressées physiquement.

Plus récemment, environ 40 délégués syndicaux du SNATEGS de cinq provinces différentes ont été convoqués à des audiences disciplinaires par Sonelgaz pour s’être lancés dans des actions de grève légitimes.

En 2015, Mellal Raouf a été licencié abusivement en raison de ses activités syndicales et il continue à subir la répression de Sonelgaz, qui a très récemment déposé une plainte contre lui auprès de l’Ordre des Avocats, en vertu de laquelle il risque d’être radié du Barreau. Mellal Raouf a réussi à implanter le SNATEGS au sein de 27 régions à travers l’Algérie et à recruter syndicalement environ 30.000 travailleurs et travailleuses.