• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les familles des victimes d’un incendie au Bangladesh sont indemnisées

24.02.2013

Le 24 février 2013, la Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a distribué une indemnisation aux familles des victimes de l'incendie survenu le 26 janvier 2013 à l'usine Smart Fashion. L'accord a été négocié par le bureau régional de IndustriALL, le Conseil de IndustriALL au Bangladesh et le Conseil des syndicats du Bangladesh (IBC), et par les marques Inditex et New Look.

Les familles des travailleuses décédées, Nasima (28 ans), Josna (19 ans), Laiju (18 ans), Fatema (17 ans) et Nasima (17 ans) étaient rassemblées dans le bureau du Premier ministre à Dacca où se tenait la cérémonie d’indemnisation. Selon l'accord, chaque famille reçoit 1.049.000 BDT (13.300 USD), et une famille avec deux enfants mineurs obtient 10 pour cent supplémentaires pour subvenir aux frais de scolarité des enfants mineurs. Les travailleuses et travailleurs blessés, ainsi que les personnes ayant perdu leur emploi, recevront également une indemnisation. Le salaire mensuel du personnel de production était en moyenne de 4.000 BDT (50 USD).

Inditex et New Look se partagent le paiement. En outre, les organisations patronales Bangladesh Garment Manufactures & Exporters Association (BGMEA) et Bangladesh Knitwear Manufacturers and Exporters Association (BKMEA) versent chacune 100.000 BDT (1.270 USD) à chaque famille. Le gouvernement bangladeshi s'est engagé à annoncer très bientôt sa part dans les mesures d'aide.

Lors de la cérémonie, le secrétaire général de IndustriALL, Jyrki Raina, a précisé que l'accord a été conclu et l'indemnisation réglée moins d'un mois après la tragédie de Smart Fashion. Il s'est engagé à chercher à obtenir un accord d'indemnisation identique avec les marques et les acheteurs qui s'approvisionnaient chez Tazreen Fashion, où un autre incendie a tué 112 travailleuses et travailleurs le 26 novembre 2012.

Raina a ajouté que IndustriALL Global Union et le Conseil de IndustriALL au Bangladesh continueront de travailler sur la question des droits du travail, du salaire minimum et de la sécurité contre l'incendie au Bangladesh.

Jyrki Raina a déclaré: “IndustriALL soutient la Première ministre, Sheikh Hasina, et son gouvernement qui cherchent à développer l'industrie de la confection pour créer des millions de nouveaux emplois décents. Cette vision de l'avenir est pourtant menacée par l'attention portée dans la presse européenne et nord-américaine aux problèmes concernant la sécurité contre l'incendie, les droits du travail et le niveau très bas des salaires. La bonne nouvelle, c'est que le gouvernement travaille déjà sur les problèmes rencontrés dans ces domaines où une action doit être entreprise de toute urgence pour améliorer l'image de l'industrie:

·         La révision de la loi sur le travail de 2006, qui doit permettre de faciliter l'enregistrement de nouvelles organisations syndicales locales, arrive bientôt à terme.

·         Le salaire minimum de 3.000 BDT (38 USD) par mois doit être augmenté considérablement et suivi de révisions annuelles, comme cela a été le cas en janvier dans des pays voisins comme l'Indonésie (200 USD), la Chine (200 USD) et la Thaïlande (300 USD).

·         À la suite d'un accord tripartite sur la sécurité contre l'incendie signé par le gouvernement bangladeshi, BGMEA, BKMEA et IBC le 15 janvier, un Plan national d'action devrait être parachevé pour le 28 février. IndustriALL a convoqué en mars les grandes marques et les principaux acheteurs à son siège mondial à Genève pour examiner leur contribution à ce Plan. IndustriALL favorise une initiative sur la sécurité qui inclue une contribution de tous les partenaires sous forme d’inspection, de formation et d'investissement pour améliorer les installations qui présentent des dangers”.

Au début de la même semaine, IndustriALL a organisé une réunion de très nombreux protagonistes à Dacca en raison des progrès à accomplir de toute urgence dans les domaines des droits des travailleuses et travailleurs, du salaire minimum et de la sécurité contre l'incendie, pour pouvoir assurer un avenir durable à l'industrie de la confection au Bangladesh et la création de millions de nouveaux emplois décents.