• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Travailleurs de la mine Shougang Hierro, au Pérou, lors de la grève générale

Travailleurs de la mine Shougang Hierro, au Pérou, lors de la grève générale

Travailleurs de la mine Shougang Hierro, au Pérou, lors de la grève générale

Les mineurs péruviens ont entamé une grève illimitée

23.09.2016

Les travailleurs de la compagnie minière Shougang Hierro Perú ont entamé une grève générale illimitée afin d’obtenir une hausse salariale décente, de lutter contre les attaques commises contre les travailleurs et de réclamer des meilleures conditions sanitaires et sécuritaires dans les mines.

« Les travailleurs et les travailleuses de Shougang sont en grève depuis deux semaines pour régler le conflit qui les oppose à la compagnie chinoise. Personne ne renonce; cela ne fait que commencer »,

a indiqué la Fédération minière du Pérou, affilié d’IndustriALL.                     

Le 12 septembre, environ 1 000 travailleurs de la compagnie chinoise Shougan Hierro Perú, localisée dans le district de San Juan de Marcona, ont entamé une grève générale illimitée.

La grève a pour objectifs de porter un coup d’arrêt aux attaques arbitraires exercées par la compagnie à l’encontre de ses employés, d’obtenir une hausse salariale plus élevée que celle proposée et de garantir des meilleures conditions sanitaires et sécuritaires sur le lieu de travail.

Les travailleurs du centre minier de Marcona sont victimes de violences et d’abus sociaux, qui font partie de la politique antisyndicale de l’entreprise.

En outre, les travailleurs exigent que soit trouvée une solution équitable à la liste des réclamations déposées pendant la période 2016-2017. Néanmoins Shougang a enregistré d’importants bénéfices annuels, la compagnie propose une hausse salariale d’1 nouveau sol (0,30 US$) seulement, qualifiée de « pitoyable » par le syndicat.

De ce fait, les travailleurs ont lancé, le 19 septembre, un appel au ministère du Travail pour réclamer une solution aux griefs, et obliger la compagnie à respecter les conventions et à ne plus entraver le travail syndical.

Le Ministre du travail, Alfonso Grados, a promis d’entamer des négociations et d’établir un comité du dialogue entre Shougang et le syndicat.

Le Secrétaire régional d’IndustriALL, Jorge Almeida, a déclaré:

« IndustriALL Global Union suit avec inquiétude les actions antisyndicales commises par la compagnie chinoise. Il a exprimé sa solidarité avec la Fédération minière et les travailleurs, et appuyé l’action syndicale, jugée appropriée, pour trouver une solution équitable au conflit ».