• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les mineurs ukrainiens protestent en sous-sol

05.05.2017

440 mineurs du combinat des mines de minerai de fer Kryvyi Rih (KZRK), en Ukraine, ont entamé un mouvement de protestation souterraine pour réclamer une hausse des salaires.

Le 4 mai, des travailleurs de l'équipe de nuit des mines de Rodina, Guardiiska, Ternovskaya et dix autres de celles d'Oktyabrskaya ne sont pas remontés à la surface à la fin de leur travail. Des mineurs de l'équipe suivante se sont joints à eux et l'exploitation a été arrêtée.

Dans une déclaration adressée aux actionnaires de KZRK, les mineurs ont déclaré que les salaires doivent augmenter et passer des 10.000 Hryvnia actuels (380 $) à 1.000 $ à cause de la hausse du coût de la vie.

La direction de l'entreprise juge ces protestations dénuées de fondement et elle a menacé les travailleurs de diverses sanctions, notamment la fermeture d'une des mines, les économies réalisées sur les licenciements devant lui servir à augmenter les salaires des travailleurs des autres mines.

Le président de KZRK, Fedor Karamanits, a été chargé de la négociation à la mine de Rodina. Il est descendu dans un puits à une profondeur de 1.315 mètres où il a discuté d'une offre de hausse de 20 pour cent que les mineurs ont refusée.

Le Syndicat indépendant des mineurs d'Ukraine (NPGU), affilié à IndustriALL, soutient la grève et invite ses adhérents à aider les protestataires face aux pressions des autorités, de la police et de bandes criminelles.

Le président du NPGU, Mychaïlo Volynets, déclare :

"Les mineurs comprennent que les mines n'ont pas reçu récemment les fonds destinés à leur développement. On s'est contenté de pomper dans les ressources de l'entreprise. Alors, ils ont décidé de protester pour réclamer justice. Maintenant, ils se réunissent sous la terre. Le NPGU fait tout pour les aider dans leur combat pour leurs droits".

Le combinat des mines de minerai de fer Kryvyi Rih est détenu à 99 pour cent par l'entreprise Starmill Limited (Chypre). Malgré d'importants bénéfices et le fait que KERK était, l'an dernier, un des cent plus gros contribuables du pays, les salaires des mineurs n'ont plus augmenté depuis 2014, après une vague de protestations qui avaient obtenu une hausse de 15 pour cent.

Le Secrétaire général adjoint d'IndustriALL Kemal Özkan commente la situation en ces termes :

"Il est honteux que les propriétaires et les actionnaires n'aient toujours pas répondu comme ils le devraient aux revendications des mineurs de KZRK. Nous condamnons avec force les actes de chantage contre les mineurs qui sont menacés d'une fermeture d'une des mines de KZRK. Nous exprimons notre solidarité avec les mineurs grévistes et réclamons des autorités, des propriétaires et des actionnaires qu'ils règlent immédiatement la situation au combinat des mines de minerai de fer Kryvyi Rih et trouvent une issue équitable au conflit".