• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les nouveaux produits Apple accroissent la pression sur les travailleurs de Foxconn

27.09.2012

Des bagarres ont eu lieu lundi à l’usine Foxconn de Taiyuan, province de Shanxi, Chine. Des rapports signalent que les 79.000 travailleurs et travailleuses de l’usine Foxconn à Taiyuan ne sont pas particulièrement heureux de la sortie récente du nouveau iPhone 5, car ils ont été forcés de travailler sous une pression encore plus forte pour respecter la date fixée par Apple.

Les tensions signalées ont commencé le  23 septembre en raison d’un recours excessif à la force des gardes de sécurité contre le personnel de production. Plus de 2.000 personnes ont pris part aux bagarres qui ont obligé 40 personnes à être hospitalisées et à forcer la direction à suspendre la production. Les responsables de l’entreprise démentent que les gardes de sécurité aient été impliqués dans le conflit, mais des forces de l’ordre supplémentaires ont été demandées au gouvernement pour empêcher de nouvelles émeutes.

Le 29 mars 2012, Apple a affirmé publiquement s’attaquer aux conditions de travail dans les usines de sa chaîne de production qui fabriquent les iPhones, les iPods et les iPads. Apple a utilisé auparavant Fair Labor Association (FLA) pour réaliser un audit de sa chaîne d’approvisionnement. Dans son rapport établi en août 2012 (http://www.fairlabor.org/sites/default/files/documents/reports/foxconn_verification_report_final.pdf) FLA mentionne les améliorations obtenues rapidement dans les entreprises Foxconn en Chine depuis ses dernières missions en juillet, notamment en ce qui concerne le temps de travail et les salaires.

Toutefois, des témoignages http://chinalaborwatch.org/news/new-422.html recueillis par le réseau de militants, China Labor Watch (CLW), auprès de travailleurs et travailleuses de Foxconn et publiés quelques jours seulement avant les affrontements à l’usine de Taiyuan ont révélé qu’il n’y avait eu aucun changement dans les conditions du personnel de production, et beaucoup disaient même avoir été obligés de travailler en heures supplémentaires additionnelles, parfois supérieures de deux à trois fois aux limites légales imposées en Chine, pour pouvoir respecter les délais fixés par Apple.

Selon ces rapports, les salaires sont toujours insuffisants et ne couvrent pas totalement les longues heures supplémentaires de travail qui sont imposées. Un grand nombre de rapports fait état de l’attitude désagréable des gardes de sécurité vis-à-vis de la main-d’œuvre.

Auparavant, la FIOM (maintenant IndustriALL Global Union) et la Confédération syndicale internationale (CSI), Good Electronics, MakeITFair et Students & Scholars Against Corporate Misbehaviour (SACOM) avaient affirmé être gravement préoccupés de la capacité de FLA à réaliser des audits corrects sur les sites de production de Foxconn en Chine sans la participation de syndicats indépendants capables d’exprimer les préoccupations des travailleurs et travailleuses "Give Apple workers a voice in their future".

Le récent rapport de SACOM (voir le lien http://sacom.hk/archives/960) publié la veille du lancement officiel du iPhone 5 confirme à nouveau ces inquiétudes. SACOM a eu des entretiens avec 60 travailleurs et travailleuses à Zhengzhou, qui révèlent que les problèmes sont toujours les mêmes à l’usine Foxconn.

Étant donné ses terribles antécédents en matière de relations de travail, les affiliés indonésiens de IndustriALL expriment leur inquiétude concernant l’annonce récente de Foxconn d’établir un site de production en Indonésie.

“Nous pensons que l’entreprise veut employer une main-d’œuvre externalisée sans respecter la législation du travail” déclare Said Iqbal, président de la confédération des syndicats indonésiens (KSPI).