• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les syndicats de l’automobile indiens vont renforcer le dialogue social et la puissance syndicale

26.09.2017

Les syndicats indiens de l’automobile se sont rencontrés à Chennai du 21 au 23 septembre pour débattre du dialogue social, du travail précaire, de la construction de réseaux syndicaux et de l’amélioration de la santé et sécurité.

Cet atelier et cette réunion de planification stratégique ont vu la participation active de délégués syndicaux en provenance à la fois des constructeurs automobiles indiens et multinationaux des pôles industriels de Chennai, Bangalore, Pune et Gurgaon.

Les délégués syndicaux ont souligné l’espace réduit pour le dialogue social dans le secteur automobile. Le manque de reconnaissance du fait syndical, tout aussi bien que de confiance et respect ou de sécurité d’emploi ainsi qu’un espace restreint pour évoquer le travail précaire ou encore le manque de transparence par rapport aux informations propres aux entreprises handicapent un dialogue social efficace.

Georg Leutert, Directeur du département automobile d’IndustriALL indique :

Le dialogue social est primordial pour établir un développement économique équitable. Il offre un partenariat et une dignité aux salariés et est porteur de sens du point de vue des affaires. Étant donné la présence massive du travail précaire et de bas salaires au niveau des entreprises automobiles indiennes, il n’y aura pas de progrès si nous en restons là. Nous avons besoin d’une force syndicale unie pour nous assurer nos droits.

Les participants ont également souligné que la législation du travail offre un espace pour les droits syndicaux mais que son absence de véritable application et une administration passive entravent le dialogue social.

Valter Sanches, Secrétaire général d’IndustriALL a déclaré :

Il est choquant de constater que les travailleurs et travailleuses précaires forment la masse des salariés au sein des entreprises automobiles en Inde. Cela doit changer : les travailleurs et travailleuses sont confrontés à un énorme défi pour s’assurer leur droit à la liberté syndicale et à la négociation collective.

IndustriALL salue, encourage et soutient l’initiative consistant à bâtir la structure d’un réseau unifié destiné à faire avancer la cause des travailleurs en matière de coopération, d’unité et de solidarité. C’est la meilleure manière de combattre les entreprises qui essaient de monter les travailleurs les uns contre les autres.

Des représentants des directions d’entreprises comme Bharat Benz, Ford India, Skoda, BMW et Volkswagen étaient présents. S’agissant du travail précaire, ils ont indiqué que tous les acteurs du secteur automobile, y compris les principaux constructeurs, devraient se retrouver autour d’une table pour déterminer une position commune afin de dire stop au travail précaire.

Apoorva Kaiwar, Secrétaire régionale d’IndustriALL a déclaré :

Il y a très peu de femmes au sein de l’industrie automobile en Inde. Il faut qu’il y ait un environnement propice dans les usines pour encourager le recrutement de davantage de travailleuses.

Débattant des questions de santé et sécurité professionnelles, les délégués syndicaux ont souligné le besoin de construire une capacité et une compétence syndicale afin de pouvoir agir. Les participants ont décidé de renforcer le réseau, de partager les informations et de bâtir des structures organisationnelles pour améliorer la solidarité entre les syndicats de l’automobile.

Ils ont exprimé leur solidarité avec les travailleurs de Maruti Suzuki emprisonnés et ont résolu de soutenir les efforts visant à obtenir leur libération.

R Kuchelan de l’affilié d’IndustriALL WPTUC a déclaré  :

Félicitations à IndustriALL pour avoir réuni les représentants syndicaux de l’automobile, car une action coordonnée est nécessaire. Des évolutions technologiques rapides au sein du secteur automobiles et l’introduction de véhicules électriques posent des défis en termes de sécurité et de volume d’emploi. Une action syndicale unie est primordiale pour défendre les droits des travailleurs au niveau du secteur automobile indien.

Cette rencontre était organisée avec le soutien de la Fondation Friedrich Ebert. Les participants ont également visité l’usine Daimler India située à Oragadam pour y tenir des discussions avec des responsables de l’entreprise et des délégués syndicaux.