• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les syndicats de l’électricité du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord créent leur réseau

11.05.2017

Des dirigeants syndicaux du Maroc, d’Algérie, d’Irak, du Bahreïn, de Jordanie et de Turquie ont mis en place un réseau syndical pour le secteur de l’électricité dans la région dite MENA, à savoir Moyen-Orient et Afrique du Nord, lors de la conférence sur le secteur de l’électricité qui s’est tenue les 4 et 5 mai à Ankara, en Turquie.

Ce réseau vise à partager des connaissances et des expériences, à fournir une solidarité syndicale et à améliorer les communications entre les travailleurs et travailleuses de l’électricité au sein de la région.

La réunion a été organisée par et à l’invitation de l’affilié turc d’IndustriALL Global Union TES-İŞ et ses débats dirigés par son président, Mustafa Şahin, qui a déclaré :

“Je voudrais exprimer mon grand plaisir et l’honneur qu’il y a à pouvoir jeter les fondations du réseau syndical pour le secteur de l’électricité dans la région MENA à Ankara. Faire progresser la solidarité internationale et régionale est vital pour les travailleurs et travailleuses du secteur de l’électricité. TES-İŞ va continuer à faire évoluer cet objectif à différents niveaux.”

La réunion a vu la participation de représentants de syndicats de la région MENA, ainsi que du Secrétaire général adjoint d’IndustriALL Kemal Özkan.

Les participants se sont penchés sur les problèmes auxquels les travailleurs sont confrontés dans la région, comme la sous-traitance et l’externalisation de certains départements d’entreprises conduisant à l’augmentation du travail précaire.

La privatisation d’entreprises publiques aboutit à une réduction des droits des travailleurs, à une diminution des salaires, à une détérioration des conditions de travail et à la perte d’emplois.

Les travailleurs de l’électricité font de grands sacrifices pour fournir de l’énergie aux personnes situées dans des zones éloignées et montagneuses. La santé et la sécurité professionnelles sont extrêmement importantes et ces salariés doivent être en mesure d’aller travailler en confiance.

Abdelmajid Matoual de la FNTE/UMT indique :

“Au Maroc, la privatisation représente un défi significatif pour les travailleurs et travailleuses de l’électricité. Le gouvernement œuvre à déréguler le marché et à ouvrir la porte à la privatisation des entreprises publiques. Il est très important de partager nos expériences de sorte à être préparés aux changements futurs.”

En Irak, la corruption est l’un des plus gros problèmes, selon Hashmeya Alsaadawe, Présidente du Syndicat général des Ouvriers et Techniciens de l’Électricité de Bassora :

“Le gouvernement a dépensé beaucoup d’argent et maintenant qu’il sait qu’il a échoué, il veut privatiser le plus rapidement possible. Cela aura des conséquences pour les travailleurs et travailleuses, mais même privatiser les entreprises ne va pas stopper la corruption.”

La réunion a également entendu un rapport sur les relations sociales dans le secteur privé. Le directeur des ressources humaines pour la région de Toroslar de Enerji-SA, une coentreprise entre la compagnie d’origine allemande E.ON et le holding turc Sabanci Group, a expliqué les rapports entretenus dans la continuité avec TES-İŞ dans le contexte de relations sociales et d’un dialogue bilatéral entre employeur et salariés dans le secteur de la distribution de l’énergie. Le DRH a expliqué que durant la phase de transfert, les salariés dispersés au sein d’entreprises sous-traitantes étaient repris dans le cadre d’un emploi direct au sein de Enerji-SA, conséquence du travail mené avec le syndicat.

La directrice du département de l’énergie d’IndustriALL, Diana Junquera Curiel, a déclaré :

“Nous avons créé un important nouveau réseau syndical. Il nous faut maintenant œuvrer d’arrache-pied pour construire un groupe de travail solide et fructueux, capable d’apporter son soutien aux syndicats de l’énergie dans la région et de développer la solidarité internationale.”

La délégation s’est rendue dans deux entreprises : un centre de distribution de l’entreprise privée Enerji-SA (Centre de télémesures SCADA), qui distribue l’électricité dans trois régions de Turquie, et l’entreprise publique de transformation TEİAŞ et ses centres de maintenance et de réparation.