• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru
Aleksander Korchagin, président de ROGWU

Aleksander Korchagin, président de ROGWU

Diana Junquera Curiel, directrice du département de l’énergie d’IndustriALL

Diana Junquera Curiel, directrice du département de l’énergie d’IndustriALL

Vadim Borisov, secrétaire régional d’IndustriALL, animant une table ronde

Vadim Borisov, secrétaire régional d’IndustriALL, animant une table ronde

Aleksander Korchagin, président de ROGWU Diana Junquera Curiel, directrice du département de l’énergie d’IndustriALL Vadim Borisov, secrétaire régional d’IndustriALL, animant une table ronde

Les syndicats de l’industrie du pétrole et du gaz travaillent à l’amélioration de la qualité de vie dans le Nord de la Russie

21.11.2017

IndustriALL Global Union, l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’affilié à IndustriALL, le syndicat des travailleurs russes du pétrole, du gaz et de la construction (ROGWU), ainsi que l’association sectorielle de toute la Russie des employeurs dans l’industrie du pétrole et du gaz, ont tenu une conférence internationale à Sourgout, en Russie, les 16 et 17 novembre, sur le thème: « La question d’actualité des salaires dans le Nord: aspects internationaux et nationaux ».

La conférence a rassemblé environ 200 représentants du gouvernement, de compagnies pétrolières et gazières, et de syndicats.

Le président de ROGWU, Aleksander Korchagin, a fait observer que les deux tiers du territoire de la Russie se situent dans le Nord. 90 pour cent du gaz naturel et environ 75 pour cent du pétrole sont produits dans cette région où ils constituent le socle de l’économie russe. Néanmoins, malgré des conditions climatiques difficiles, tels que des hivers longs et rigoureux, et des températures basses, le salaire moyen dans les régions pétrolières et gazières est devenu égal au salaire moyen en Russie ces dernières années provoquant un exode des travailleurs des régions du Nord du pays.

Sergeyus Glovackas, administrateur pour l’Europe et l’Asie centrale du Bureau des activités des travailleurs de l’OIT, a indiqué que les efforts actuellement déployés par les syndicats et leur position détermineront l’avenir du travail, et qu’il est essentiel que les travailleurs signent des contrats à durée indéterminée.

Les experts de l’OIT, Rafael Pils et Harri Taliga, ont présenté les statistiques sur les salaires dans différents pays et secteurs.

Les participants à la conférence ont examiné la structure du salaire minimum et la formule de rémunération appliquées dans les régions du Nord. Tous les participants ont convenu que le salaire minimum est un montant de base qui ne devrait inclure aucuns paiement, prime et coefficient régionaux. IndustriALL a suggéré d’utiliser la terminologie « salaire décent », défini comme le salaire minimum nécessaire aux travailleurs pour satisfaire leurs besoins essentiels, en lieu et place de « salaire minimum ».

La directrice du département de l’énergie d’IndustriALL, Diana Junquera Curiel, a déclaré:

« Les salaires ont augmenté dans les pays dont les économies sont en développement au cours des dernières années, mais la croissance des salaires a ralenti dans les pays dont les économies sont développées. Nous voyons se creuser les inégalités en matière de salaires dans tous les pays. Les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent. Nous assistons dans le monde entier au phénomène du travailleur-mendiant qui est un travailleur qui possède un emploi à plein temps mais demeure en dessous du seuil de pauvreté. Que peuvent faire les syndicats? Nous devons être plus solidaires, construire des alliances internationales, accroître le nombre d’adhérents, négocier des conventions collectives sectorielles. Nous sommes plus forts ensemble ».

Le député de la Douma d’Etat de la Fédération russe, Mikhail Tarasenko, a fait part des difficultés rencontrées en matière de promotion des revendications justes des travailleurs dans le corps législatif. Il a encouragé les participants à inclure dans la résolution de la conférence les impératifs non seulement que les autorités mais également les employeurs devraient observer au moyen d’un accord tarifaire sectoriel.  

Les participants de la conférence ont fait part de l’existence des inégalités croissantes entre les différentes régions de la Russie où les entreprises verticalement intégrées opèrent, et la capitale Moscou, où les sièges sociaux sont implantées et paient tous leurs impôts. Si les compagnies versaient leurs impôts au budget des régions où elles ont leurs activités, cela augmenterait le salaire moyen dans les régions et donnerait un argument supplémentaire pour revendiquer des hausses salariales pour les travailleurs de l’industrie du pétrole et du gaz dans les négociations avec les employeurs.

Vadim Borisov, Secrétaire régional d’IndustriALL, a souligné l’importance de la question des salaires:

« Nous pensons que le salaire des travailleurs de l’industrie du pétrole et du gaz en Russie est élevé par rapport aux salaires versés aux travailleurs dans les autres secteurs. Mais dès que nous commençons à comparer les salaires des travailleurs du pétrole de Russie avec les salaires des travailleurs du pétrole, par exemple, de la Norvège, la situation change radicalement. Les travailleurs russes reçoivent des salaires nettement inférieurs alors qu’ils travaillent dans les mêmes conditions et avec les mêmes équipements. L’aspect international revêt donc une grande importance dans les discussions sur les salaires décents ».

La conférence s’est terminée avec l’adoption de recommandations à l’attention des autorités nationales et des employeurs visant à améliorer la qualité de vie des habitants du Nord.