• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Loading...

Les syndicats représentant les travailleurs de Shell de 14 pays étaient réunis les 25 et 26 septembre à Vlaardingen pour le Réseau syndical mondial Shell

Les syndicats intensifient la lutte mondiale contre Shell

29.09.2017

Les affiliés d'IndustriALL Global Union réunis cette semaine aux Pays-Bas se sont engagés à lancer une campagne contre le géant pétrolier et gazier Shell.

Les syndicats représentant les travailleurs de Shell de 14 pays étaient réunis les 25 et 26 septembre à Vlaardingen pour le Réseau syndical mondial Shell. Les participants veulent que Shell :

  • Reconnaisse le Réseau en tant qu'homologue pour un dialogue social authentique à l'échelon mondial;
  • Limite le recours au travail précaire dans l'entreprise et protège les droits des travailleurs précaires;
  • Devienne une entreprise durable et honore ses engagements vis-à-vis des normes internationales de l’environnement, des communautés et des droits de l'homme;
  • Applique les mêmes normes et procédures internationales rigoureuses en matière de santé et de sécurité dans tous ses sites et les impose à ses fournisseurs.

Cette réunion, financée par la fondation FES, se tenait en face de l'énorme raffinerie Shell du pays. Shell est la plus grande entreprise des Pays-Bas et est présente dans 140 pays. Prenant la parole le deuxième jour de la réunion, Tuur Elzinga, membre du Conseil exécutif de notre affilié néerlandais FNV, a déclaré :

"Le capital mondial est organisé à l'échelle planétaire; le mouvement syndical doit faire de même. Oui, nous sommes fiers de Shell, mais nous sommes parfois honteux de ce que fait sa direction."

Shell a refusé à plusieurs reprises d'entamer le dialogue avec le Réseau, en prétendant qu'elle ne négocie qu'avec des organisations syndicales nationales. Les syndicats veulent que ça change. Pour Tuur Elzinga, si les conditions des travailleurs sont bonnes dans certains pays, il faut "un socle minimum de normes dans tous les pays où Shell est présente - sinon le nivellement par le bas ne finira jamais. Nous devons aider nos collègues du monde entier. Il faut agir ensemble."

Le travail précaire est un sujet de préoccupation grave et croissant pour les participants de nombreux pays comme le Nigeria, l'Argentine et les Pays-Bas. Ailleurs, des affiliés d'Irak ont illustré les conditions extrêmes des travailleurs exposés à des températures de 50 degrés qui peuvent être mortelles. Le syndicat des ouvriers agricoles FERAESP a expliqué les difficultés qu'il rencontre pour organiser ses membres qui récoltent la canne à sucre pour la production de bioéthanol Shell.

Les participants se sont aussi intéressés à la durabilité et à la numérisation de l'industrie pétrolière et gazière. Le secteur de l'énergie est celui qui peut créer le plus d'emplois verts, a déclaré la directrice d'IndustriALL en charge de l'énergie, Diana Junquera Curiel. "Nous voulons que Shell soit une entreprise durable, qui se tourne vers la production d'énergie propre, tout en respectant les droits des travailleurs et en assurant une transition juste pour les travailleurs et leurs communautés," a-t-elle ajouté.