Jump to main content
IndustriALL logotype

Les syndicats sri-lankais s’opposent à des nouvelles lois répressives

7 May, 2019Le Conseil des syndicats d’IndustriALL au Sri Lanka appelle le gouvernement à protéger les droits humains fondamentaux après les attaques terroristes du dimanche de Pâques qui ont tué plus de 250 personnes et blessé plus de 500 autres.

Le Conseil, qui est composé de syndicats affiliés à IndustriALL Global Union, a exprimé sa profonde préoccupation face à la proclamation de l’état d’urgence au Sri Lanka et le consensus politique quasiment unanime qui appelle à des lois strictes et à des sanctions plus sévères.

Les syndicats sont convaincus que ces nouvelles lois vont invariablement restreindre la liberté d’expression et la liberté syndicale.

“Bien que nous avalisons le fait que les forces de sécurité doivent être dotées de pouvoirs pour arrêter les suspects, les détenir et les interroger, nous sommes fermement convaincus que le gouvernement a la responsabilité et le devoir d’assurer les droits fondamentaux de la population dans le cadre du maintien de la stabilité et de la normalité,” proclame la déclaration.

Les syndicats s’inquiètent du replacement de la Loi sur la prévention du terrorisme par la plus draconienne Loi de contre-terrorisme, qui selon eux pourra ensuite être utilisée pour réprimer les syndicats, les défenseurs de toute une série de droits et le personnel politique d’opposition.

Les syndicats s’inquiètent également d’une nouvelle législation du travail tout-en-un que le gouvernement est en train de préparer et qui est destinée à bénéficier aux employeurs qui investissent mais qui, craignent-ils, va être utilisée pour mettre au pas la société sous prétexte de sécurité nationale.

Le Conseil d’IndustriALL pour le Sri Lanka a exprimé ses plus profondes condoléances aux victimes des attaques à la bombe du dimanche de Pâques, parmi lesquelles on retrouve certains de ses membres, et a appelé à la distribution immédiate d’indemnisations. Il indique que l’instabilité politique au Sri Lanka a affecté de manière contraire le fonctionnement de l’État et a contribué à des failles de sécurité.

Le Conseil a appelé le gouvernement à assurer le maintien d’une société pacifique et stable et à stopper l’escalade des tensions religieuses, en particulier à l’égard des musulmans.

Dans un communiqué solidaire avec les syndicats sri-lankais, le Secrétaire général d’IndustriALL Global Union, Valter Sanches, a déclaré :

“Nous condamnons les attaques terroristes au Sri Lanka dans les termes les plus forts. Toutes nos pensées vont aux victimes de cette terrible tragédie.”

“Nous espérons sincèrement que ces attaques haineuses ne vont pas générer davantage de violence et qu’au contraire, le gouvernement va répondre fermement, mais strictement dans le cadre de l’État de Droit et dans le respect le plus total des droits fondamentaux.”