• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs de BASF protestent contre les politiques antisyndicales de la direction

Les travailleurs de BASF de Mangalore veulent que l'entreprise respecte son propre code de bonne conduite

Les travailleurs s'inquiètent aussi de ce que des travailleurs occasionnels effectuent des tâches dangereuses sans avoir reçu une formation particulière

Les travailleurs de BASF protestent en Inde

31.05.2017

Les travailleurs de l'usine BASF de Mangalore, en Inde, protestent pacifiquement depuis le 22 mai pour demander que l'entreprise cesse sa discrimination antisyndicale et se conforme à son propre code de bonne conduite.

BASF, une des plus grandes firmes de la chimie mondiale, a adopté un code de conduite qui lie tous les salariés du groupe dans le monde entier. Il contient des normes de bonne conduite applicables partout, notamment en matière de droits de l'homme, de travail et de critères sociaux, et qui régissent les rapports entre BASF et ses salariés ainsi que d'autres parties prenantes.

Or, les travailleurs de l'usine BASF de Mangalore sont victimes de discriminations qui violent les normes prônées par le code de bonne conduite. Les salariés non syndiqués qui effectuent des tâches similaires à celles de leurs collègues syndiqués sont promus à des postes mieux rétribués, avec de meilleures prestations et moins d'heures de travail. Ces procédés sont contraires au principe de l'égalité de rémunération pour un travail égal et incitent les travailleurs à ne pas se syndiquer ou à se désaffilier.

Au fil du temps, ces stratégies antisyndicales de la direction ont entraîné une diminution du nombre des salariés de la catégorie ouvriers, qui sont passés de 138 à 78. Si un ouvrier revendique ses droits, il reçoit une fausse lettre d'avertissement.

À la suite de plusieurs accidents survenus à l'usine, le syndicat local, qui est affilié à IndustriALL par le biais de la Fédération des travailleurs de BASF India, réclame une consultation et toute la lumière sur ces accidents, ainsi que des mesures correctrices de la part de la direction. Les demandes d'information ont été rejetées par la direction.

Les syndicalistes s'inquiètent aussi du recrutement en grand nombre de travailleurs occasionnels et de migrants journaliers dans le département de production où sont utilisées des substances chimiques dangereuses. Le syndicat a demandé à la direction d'arrêter d'affecter des travailleurs précaires de courte durée à des travaux dangereux et de recruter davantage de travailleurs permanents. Permettre à des travailleurs précaires qui ne sont pas suffisamment formés et sont moins expérimentés de manipuler des produits chimiques dangereux est source d'accidents dont ils sont souvent les victimes.

Raghuran P C, le Vice-président du syndicat des travailleurs de l'usine BASF de Mangalore, a déclaré : "Nous protestons de manière pacifique sans que la production soit affectée. Nous demandons à la direction de BASF de cesser la discrimination envers les salariés syndiqués et de respecter le code de bonne conduite mondial de BASF. La direction doit être transparente et avoir des consultations de bonne foi avec le syndicat."

Les travailleurs d'autres usines de BASF situées à Thane (Mumbaï) et Ankleshwar (Gujarat) font état de problèmes similaires et ils ont appelé la direction de BASF à respecter le code de conduite.