• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Usine Mercedes-Benz à Untertürkheim, photo tirée de Google maps

Les travailleurs de Daimler, en Allemagne, battent pour l’avenir de leurs emplois

29.06.2017

Le comité d’entreprise du principal centre d’approvisionnement de Mercedes-Benz, situé à Untertürkheim, n’autorisera aucune heure supplémentaire à compter du 1er juillet 2017.

Cette décision fait suite à des négociations difficiles avec la direction de la société sur la mobilité électrique et l’avenir de ce site, et a causé des ruptures des futurs approvisionnements des voitures Mercedez-Benz Classes S et E fabriquées à Sindelfingen.

Jusqu’à présent, la direction de l’usine insiste sur le fait que le projet d’usine de fabrication des batteries ne doit pas être une subdivision du site d’Untertürkheim, mais doit, au contraire, faire partie de la société Deutsche Accumotive GmbH. Accumotive GmbH est une filiale de Daimler AG, basée à Kamenz (dans l’Etat de Saxe). Les emplois d’environ 19 000 travailleurs du site d’Untertürkheim, où sont fabriqués les moteurs à combustion, les transmissions et les essieux pour les voitures Mercedez-Benz, sont gravement menacés.

La compagnie fabrique déjà des batteries à grande échelle mais les travailleurs craignent que l’usine perde de futures commandes du fait que Daimler investit davantage dans les voitures électriques dont le moteur nécessite moins de pièces et donc moins de travailleurs sur les chaînes de montage.

Les tâches des sites de fabrication des composants clés est une question majeure pour l’avenir de la mobilité électrique dans l’ensemble des usines Mercedes-Benz. Les représentants du Comité d’entreprise affirment que la garantie de l’intégration de la fabrication des futures véhicules électriques dans les usines existantes est une condition préalable aux travaux de construction de la compagnie dans les sites de Sindelfingen, de Brême et de Rastatt. Le site d’Untertürkheim ne bénéficie pas d’un tel engagement, si bien que ses effectifs seront lourdement atteints par les changements à venir.

Parallèlement, la direction de l’usine veut, entre autres choses, déduire annuellement du compte horaire de chaque travailleur trois jours de capacités équivalant à un montant de 650 euros par employé par an en fonction du revenu individuel. La décision est vivement critiquée par le Comité d’entreprise.

Jusqu’à maintenant, la direction résiste, soutenant que les investissements nécessaires pour conserver la production des batteries sur le site sont trop élevés en raison de différents facteurs, dont l’emplacement actuel du site d’Untertürkheim. En effet, les droits de douane appliqués sur les métaux sont plus élevés dans l’Etat du Baden Württemberg que dans l’Etat de Saxe, où la compagnie possède déjà une usine de fabrication de batteries à Kamenz.

En outre, bien que la direction de l’usine ait également annoncé la fabrication d’un système d’entraînement moteur électrique lors des négociations sur l’introduction de la mobilité électrique en début d’année, les représentants de la société ont ultérieurement annoncé le retrait de cette proposition de l’offre.

Wolfgang Nieke, président du Comité d’entreprise de Mercedes-Benz à Untertürkheim, a commenté:

« Notre futur, ici, dans la vallée du Neckar, est étroitement lié à l’avenir du groupe motopropulseur, c’est pourquoi il est important de fixer dès aujourd’hui le cap pour demain, en se basant sur la perspective souhaitée par les travailleurs et le Comité d’entreprise selon laquelle la compagnie fabrique des composants électriques pour le système d’entraînement moteur électrique dans autant de dimensions que possible ».