• Cet article est proposé en:
  • en
  • es
  • fr
  • ru

Les travailleurs russes de l’industrie automobile demandent à être indemnisés pour leurs conditions de travail dangereuses

15.05.2017

L’affilié à IndustriALL Global Union, le syndicat interrégional « Workers Association »  (ITUWA), a introduit les réclamations massives des travailleurs contre la direction de la compagnie AvtoVAZ. Cent-quatre-vingt travailleurs réclament des compensations pour les indemnités financières qui ne leur ont pas été versées depuis plusieurs années bien qu’ils y aient droit pour travailler dans des conditions dangereuses. 

Jusqu’à présent, l’ITUWA a recueilli 180 demandes d’indemnisation individuelles, chaque travailleur réclamant de 70 000 à 100 000 roubles (entre 1 200 et 1 700 US$). Dès avril, le syndicat avait reçu des demandes collectives pour un recours collectif des travailleurs. Trois cent travailleurs étaient concernés par « l’affaire du préjudice », telle qu’appelée par les militants d’ITUWA. De manière générale, environ 1 000 travailleurs ont droit à un indemnisation. Néanmoins, les juges ont suspendu le procès pour cause de formalités administratives incorrectes. Le syndicat a dû recueillir à nouveau les demandes d’indemnisation des travailleurs.

Sergey Topolov, président du comité syndical de l’ITUWA, a déclaré:

« Face aux menaces de licenciement que l’administration, et en particulier les cadres hiérarchiques, ont commencé de proférer, ceux qui étaient auparavant prêts à intenter un recours collectif ont refusé d’introduire une demande individuellement ».

Le syndicat soutiendra les travailleurs à tous les stades de la procédure. Les demandes d’indemnisation seront regroupées et un avocat de l’ITUWA représentera les intérêts des travailleurs.

La dette de la compagnie à l’égard des travailleurs s’accumule depuis la fin de l’année 2013, à savoir depuis l’adoption de la loi fédérale « sur l’évaluation spéciale des conditions de travail ». La loi faisait obligation à la direction d’AvtoVAZ d’immédiatement évaluer les conditions de travail sur chaque lieu de travail et de fixer les indemnités selon la gravité du préjudice. Néanmoins, l’évaluation n’a été réalisée qu’en juillet 2015, et ses résultats n’ont pas été annoncés officiellement avant le 6 février 2017. Alors que la compagnie insiste pour que les indemnités soient versées à compter de cette date, les militants syndicaux sont convaincus de la nécessité d’un paiement calculé à partir de l’adoption de la loi, et sont prêts à lutter pour leurs droits.
 
AvtoVAZ est le plus grand constructeur de voitures particulières en Russie. La société est détenue par l’Alliance Renault-Nissan et la compagnie publique russe Rostec.
 
Selon Sergey Topolov, le procès va durer jusqu’à la fin de l’année.